PSG – Barça ou la définition de Nation

42922Mardi dernier nous avons été nombreux à suivre le spectacle qu’offraient deux grands clubs européens de football. Ce spectacle avait d’ailleurs comme un air de France-Catalogne. C’est d’autant plus marquant quand on est ici -en Catalogne- et qu’on est habitués à ce que les Barça-Madrid soient assimilés à des Catalogne-Espagne.

Voici pourquoi j’en viens au concept de Nation : En France, nous avons connu une politique de l’Etat-Nation. Faire croire aux différentes Nations intégrés à l’Etat français que la seule qui existe chez nous est la française. Or, la France est un Etat (délimitation et compétences administratives). La Catalogne est une Nation (peuple, culture). Bien sûr que la Nation française existe, mais elle n’interdit pas pour autant l’existence de la Nation catalane, vieille de plus de 1000 ans. Disparaît-elle juste parce qu’à un moment dans son histoire elle est divisée entre deux Etats ? Oserait-on dire que le pays basque n’existe plus ? Bien sûr que non.

Et la preuve que notre territoire est catalan réside bien dans des événements comme celui de mardi soir. La majorité des nord-catalans soutenaient non pas la capitale de leur Etat, mais la capitale nationale : Barcelona.

Alors si certains ont encore du mal à comprendre la différence entre Etat et Nation, pensez donc à cela : nous sommes administrativement français, mais notre Nation est bel et bien la Catalogne.



“18% des Bretons pour l’indépendance” …censuré !

 

Comme vous pouvez le lire ici (source Le Mensuel de Rennes), le magazine Bretons a été retiré de la vente juste après sa sortie, au motif officiel qu’il y souffrait d’un problème d’impression, au motif officieux (réel ?) que le titre n’était pas du goût de son président.

18% des Bretons pour l'indépendance !

La une, comme vous le voyez ci-contre, “18% des Bretons pour l’indépendance”, a purement et simplement été censurée et remplacée par “69% des Bretons ne connaissent pas leur histoire”, titre évidemment plus consensuel.

C’est sur le site de EPI (European Partnership for Independence) que nous trouvons de plus amples détails (en anglais) grâce a la ligue celtique, fédération des peuples celtes. On y apprend donc la censure claire de la volonté indépendantiste bretonne mais également certains détails de ce sondage (IFOP donc plutôt sérieux), parmi lesquels : 48% des Bretons se sentent d’abord français, 37% se sentent d’abord bretons; 44% pour la réunification de la Bretagne, 36% contre.

Et EPI de conclure que la France, habituellement fière de la liberté de sa presse, au point de soutenir des caricatures de Mahomet (avec les conséquences que cela peut avoir), est capable de censurer l’expression même du peuple Breton.

*EPI est un réseau européen d’associations pour l’exercice du droit à l’autodétermination. Il regroupe plusieurs millions de personnes au travers de ces associations, parmi les plus importantes sur certains territoires. Sur le territoire français, InterCat en est membre.

 



Bientôt le Canigou délocalisé à Montpellier…

Comme vous pouvez le lire dans l’article de L’Indépendant ci-contre, le centre de tri postal de Perpignan va être délocalisé à Montpellier. Centre de triEncore une fois est-il nécessaire de rappeler que ce n’est pas un événement unique mais bel et bien une fuite permanente de tous les centres de décisions et d’emploi vers la capitale régionale? Pire, les délocalisations se font même au profit de Narbonne (ASF ou Vignerons Catalans par exemple). Aujourd’hui avec le centre de tri, outre le délai probablement plus important d’acheminement de courrier (notre département est déjà considéré comme mal desservi), nous perdons surtout une plate-forme de 60 emplois. Quand on l’ajoute à tout ce que nous perdons institutionnellement  comme dans le secteur privé, ça fait maintenant une grande quantité d’emplois perdus. Bourquin lui-même disait dans une interview prendre à toute la région pour mettre le paquet sur Montpellier. 30 ans que ça dure ! Perpignan était l’égale de Montpellier, c’est maintenant une zone sinistrée !

Comme nous sommes habitués à ces délocalisations, encouragées d’une part par des subventions régionales importantes et d’autre part par l’effet capitale (régionale), je me demande maintenant… à quand la délocalisation du Canigou sur Montpellier ? On en rit (jaune) mais s’ils pouvaient, ils le feraient sans hésiter !



Réaction aux propos tenus par Harlem Désir sur les réfugiés espagnols

Nous y sommes malheureusement que trop habitués ! L’histoire est constamment réécrite par les élites parisiennes à la gloire de la France, sans se soucier de la réalité et des souffrances des peuples.

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, vient de déclarer “… Espagnols ou autres qui ont été accueillis en France au moment où leur pays traversait des drames et des guerres, et qui en même temps étaient fiers de la solidarité de la France, qui étaient soulagés, qui étaient reconnaissants”.

camp Argelers

Or, c’est d’une part méconnaître l’atroce situation dans laquelle les réfugiés ont été “accueillis” et d’autre part nier les méfaits du gouvernement français qui à l’époque n’a pas hésité bien longtemps avant de renvoyer de force ces républicains dans l’Etat franquiste, les faire déporter vers l’Allemagne nazie ou, dans le “meilleur” des cas, les interner dans des camps de fortune où un très grand nombre d’entre eux trouvèrent la mort. Ces camps sont pourtant bien connus de la France et notre territoire catalan a été le premier concerné. Argelers, Ribesaltes, etc., ces camps où il n’y avait aucun soin, où les familles étaient souvent divisées, ne servaient en fait qu’à parquer des “étrangers” indésirables alors qu’ils n’étaient là que pour avoir une idée républicaine, donc anti-dictatoriale, et/ou pour avoir une culture catalane, fortement réprimée sous Franco.
Il serait peut-être de bon ton d’envoyer une biographie du Président Lluís Companys à Harlem Désir, ou du moins lui enseigner les circonstances de sa mort : représentant démocratique des catalans (président élu de la Generalitat), il est arrêté en France alors qu’il est en exil à cause de Franco. Il est remis aux autorités franquistes qui le fusillèrent. Ses derniers mots furent “Per Catalunya”. Seul président de gouvernement élu démocratiquement à avoir été fusillé, il semble peu probable qu’il ait été reconnaissant envers la France… Il n’est malheureusement qu’un exemple parmi de nombreux autres qui, anonymes, ont été renvoyés en Espagne, parqués ou encore déportés en Afrique du Nord ou en camps nazis.
J’appelle donc les instances locales du PS et plus particulièrement leurs élus à transmettre une demande de clarification des propos à leur premier secrétaire. Celui-ci ne peut ignorer et encore moins dédaigner les conditions de l’exil d’espagnols sous Franco.

Panneau camp Argeles

Le Fruité Catalan embouteillé… à Narbonne ?!

3fruitesAllez, nous aussi nous avons droit à notre lot de délocalisations…

La mode est au “acheté local” car “fabriqué local”. Or, les Vignerons Catalans, malgré leur nom, auraient décidé de mettre un place un partenariat  avec une société narbonnaise pour embouteiller chez nos voisins le “Fruité Catalan”. Avec un nom pareil, embouteiller hors de catalogne est tout de même un comble !

Alors me direz-vous, ça reste de l’embouteillage, ce qui ne génère que très peu d’emplois vu l’industrialisation du processus… Mais quand même ! Personnellement je suis étonné. Nous avons des unités efficaces ici, pourquoi aller à côté ? Pour quelques centimes ?

Il n’en faudrait pas moins à certains pour décréter le boycott de la marque ! Je n’irais pas jusqu’à l’inciter mais je me pose tout de même la question du développement local, c’est à dire de la délocalisation, puisque tout est maintenant lié. Si chaque société qui trouve un petit intérêt ailleurs s’en va ou du moins délocalise partiellement la production, il est évident qu’il ne nous restera plus rien ici. Car ce n’est pas pour le soleil, la mer et la montagne que les entreprises s’installent ici. Nous sommes nombreux en Europe à avoir ce cadre de vie.

Reste à avoir maintenant une consommation responsable. Nous avons des solutions pour développer notre territoire au lieu de développer les autres. Et ces solutions ne sont pas forcément plus onéreuses. Par exemple le chocolat de marque distributeur Ivoria (Intermarché) est fabriqué par Cemoi Perpignan. Ne me dites pas qu’il est plus cher que le Lindt. Et pour acheter de la marque, il y a donc Cemoi. Le Cava, produit à quelques kilomètres au sud est moins cher et tout aussi bon (si ce n’est meilleur pour certains) que le Champagne, produit à l’autre bout de la France. Le touron, s’il n’est pas catalan n’en est pas vraiment, acheter du Muscat qui ne soit pas de Ribesaltes est un sacrilège pour un catalan, …

Nous ne sommes pas de grands producteurs. Notre industrie est quasiment morte. Mais s’il nous reste ne serait-ce que quelques leviers pour pérenniser l’emploi local, n’est-il pas de notre devoir de les utiliser ?

Création du groupe de réflexion InterAct (communiqué)

L’association InterCat (300 sympathisants en une semaine !) crée un groupe de réflexion pour échanger et travailler à de vraies propositions. Ce groupe, nommé InterAct, sera présenté en réunion publique le mercredi 21 novembre à 18h30 à la salle des Libertés, rue Bartissol à Perpignan.
Brice Lafontaine
, en tant que président de l’association, présentera les objectifs. Interviendront ensuite Hélène Legrais, journaliste, écrivain et chroniqueuse radio, Aude Mandaroux-Homo, responsable associative pour l’environnement, Delphine Bassols, promotrice artistique, et Patrick Auset, chef d’entreprise.
S’en suivra un tour de parole afin que chacun dans le public puisse exposer les thèmes qui lui tiennent à coeur.
InterAct se veut innovant par son ouverture et dynamique par le fait de proposer de vraies avancées et pas seulement des thèmes de réflexion. En effet, InterAct sera libre de tout parti politique. Il ne s’agit donc pas de créer une mouvence politicienne pour une échéance électorale mais bien de travailler à des solutions pour Perpignan et toute la Catalogne Nord.
Tous les citoyens qui ont quelque chose à dire, de la culture au tourisme en passant par l’urbanisme et le développement économique, sont donc les bienvenus. La réunion s’achèvera par un apéritif offert par l’association qui nous permettra d’échanger et de faire connaissance individuellement. Aucune participation financière ne sera demandée.

Contact association InterCat : intercat@ymail.com ou Brice Lafontaine

Lettre ouverte aux parlementaires pour Aurore Martin

Suite à l’arrestation incensée d’Aurore Martin, militante politique basque pacifiste, j’envoie ce jour une lettre ouverte aux 6 parlementaires de Catalogne Nord : F. Calvet, Ch. Bourquin, S. Neuveille, J. Cresta, P. Aylagas et F. Siré.

La voici :

Madame, Messieurs les parlementaires,

Permettez-moi d’attirer votre attention sur l’arrestation sur le territoire français d’Aurore Martin, militante de Batasuna, remise par les autorités françaises à l’Espagne.

Il faut bien avoir conscience que ce parti basque est légal en France. Elle est inculpée par Madrid pour son activisme dans ce mouvement -certes interdit en Espagne- mais pas pour quelque participation que ce soit dans des actes terroristes avec l’ETA. Elle n’est donc qu’une militante d’un parti politique, comme vous et moi.

Cela a bien évidemment fait réagir de nombreuses personnalités basques, parfois même de vos partis. Il me paraît indispensable que vous-même vous positionniez.

Est-ce normal et moral selon vous qu’une militante d’un parti légal en France soit arrêtée par les forces de l’ordre pour appartenir à ce parti, uniquement parce qu’un autre Etat l’a déclaré illégal ? Il ne s’agit pas seulement de remplir son devoir international dans le cadre d’un mandat d’arrêt, mais bien de toute la symbolique que cela représente. Cela me rappelle la triste histoire de Lluís Companys, président de la Generalitat en exil en France, arrêté puis remis aux autorités de Franco, qui le fît fusiller.

Alors même si la peine de mort n’est plus d’actualité, ce principe demeure-t’il ?

En effet, il me faut savoir : En tant qu’instigateur et responsable de relations avec des partis identitaires européens et notamment le SNP (Ecosse), le N-VA (Flandres) et plus particulièrement SI (Catalogne Sud), si l’un de ces partis venaient à être interdit, seriez-vous favorable à mon extradition afin d’être jugé pour “faits de participation à une organisation terroriste” ? Sachez que certains hauts responsables espagnols ont déclaré qu’il faudrait interdire Solidaritat Catalana per la Independència et emprisonner leurs responsables. Dois-je m’inquiéter ?

Dans un Etat qui dit être “le Pays des Droits de l’Homme”, la liberté d’exercer la démocratie ne prévaut-elle pas sur les accords internationaux ?

J’attends impatiemment votre réponse et réaction publique, tout comme les dizaines de milliers de militants pour le droit à l’autodétermination en France.

La gueguerre PS-UMP encore en défaveur du territoire

La cité judiciaire est nécessaire. Absolument nécessaire. Quand on voit les Prud’hommes, le tribunal de commerce, d’instance, etc. Tout cela éparpillé dans des locaux souvent inadaptés, parfois même dangereux (pas de sas d’entrée pour els détenus au palais de justice), il est évident qu’il faut une cité judiciaire qui regroupe tout cela dans de bonnes conditions. Alors on sera pour ou contre le fait de la mettre à Saint Assiscle (proche du Centre del Món) -photo L’Indépendant- mais il est indéniable qu’elle est nécessaire. Rachida Dati l’avait signé, sa successeur l’avait confirmé./lien vers l’article de l’Indépendant/

Oui mais voilà, entre temps, le département et l’Etat ont changé de majorité parlementaire -pas la ville de Perpignan- et on se retrouve avec des députés PS qui sont contre (allez savoir réellement pourquoi…) et un sénateur PS (oui oui, il y en a un) qui ne semble pas plus concerné par les P-O que par la physique quantique. Je propose aux syndicats de magistrats et de policiers concernés de ne pas hésiter à porter plainte lors du prochain incident contre les députés et la ministre de la justice Mme Taubira. En effet, il sera facile de démontrer que les locaux sont connus pour être inadaptés. Un projet a été abandonné alors que le financement était bouclé. Il s’agit donc purement et simplement d’une décision politicienne qui va à l’encontre de la sécurité et de la qualité de travail des intervenants. Si la majorité était encore à droite, dans la continuité de ce qui a été prévu les années précédentes, cette cité judiciaire serait en construction. Non parce que la droite est meilleure que la gauche, mais tout simplement parce que le projet aurait suivi son cours. Or, juste histoire de “casser” un projet d’Alduy et/ou de l’UMP (le PS local n’a que cette abition apparemment) tout est fait pour que cela ne se réalise pas.

A vos bulletins…

Quelle circulation veut-on à Perpinyà ?

Alors que l’on parle depuis des années de mettre les boulevards internes de Perpinyà à sens unique afin de développer une voie pour les bus en site propre, des pistes cyclables et des trottoirs en bon état, voilà que nous nous trouvons avec, certes Clémenceau en sens unique, mais Aristide Briand rénové… à double sens ! Je précise pour ceux qui ne connaissent pas bien Perpinyà que les deux boulevards ne se touchent même pas. Quelle est la priorité trouvée à Briand plutôt à d’autres qui sont dans la continuité de Clemenceau…? mystère.

L’objectif d’une politique de circulation, logiquement, devrait être de fluidifier la circulation et favoriser certains types de transport. Or, nous allons passer d’une 2×2 voies à une 2x1voie ! Et pas de voie réservée aux bus. Heureusement, ils ont pensé à la piste cyclable… oui sauf qu’elle ne mène à rien et vient de nulle part puisque ni en bas (Cassanyes) ni en haut (Croix Rouge) il n’y a de piste cyclable. Les trottoirs déjà plutôt larges vont encore être élargis. Mais qu’on se rassure, des places de parking vont être créées tout le long (doublées apparemment), puisqu’aujourd’hui de nombreux résidents et clients se gare assez mal.

Ne comptez pas sur l’opposition du conseil municipal pour faire d’autres propositions ou soulever le problème, ils sont trop occupés à gérer les déclarations de candidature aux prochaines élections…

Seul point positif que j’y vois : ils pensent à mettre du Micocoulier, autrement nommé “bois de Perpignan”, ce qui devrait calmer les anti-palmiers comme les anti-platanes.

Alors voici mes propositions, c’est “cadeau” si ça peut servir : Mise en place de tous les boulevards intérieurs en sens unique (ce qui ferait un système de cercle autour de l’hypercentre). Concertation des riverains pour créer des parkings adjacents et des voies parallèles à contre-sens afin de ne pas reproduire l’erreur de l’avenue Leclerc (il était impossible de remonter totalement Clémenceau depuis sa mise en sens unique, même via les rues parallèles). A chaque fois, conservation voire augmentation des voies pour le trafic automobile -et oui, les voitures (électriques, à carburant ou autres) seront toujours là-.  Réservation d’une voie pour bus et services d’urgence (car sur Briand, les pompiers vont “s’amuser” pour passer…). Mise en place de pistes cyclables avec connexion entre elles. Voilà quelques unes des réflexions qui, pour moi, semblent évidentes… mais apparemment pas pour tout le monde.