Quelques données linguistique de Catalogne Nord

Hier j’assistais à la présentation de la plus grande étude linguistique réalisée en Catalogne Nord. Cette enquête a été effectuée auprès d’un panel représentatif de la population totale des Pyrénées-Orientales, dont il faut remarquer que seuls 40% sont nés ici.

Voici quelques chiffres, dans l’attente de la publication :

Tout d’abord, ça n’étonnera personne, c’est dans les “comarques” montagneuses que l’on parle le plus catalan avec 22 à 24% des sondés qui le déclarent en Vallespir, Conflent, Cerdagne et Capcir. Le Roussillon est plus bas et, sans surprise, c’est à Perpignan qu’on le parle le moins bien que tout de même près de 10% des sondés perpignanais déclarent parler catalan régulièrement. Ca, c’est pour les faits qui souffrent de divers facteurs (histoire, enseignement, sociologie, …). Mais qu’en est-il de la volonté, qui doit bien plus nous interpeller : 60% des interrogés voudraient parler catalan ou mieux le parler. Rappelons que seuls 40% sont nés ici…

català a l'escolaMais le chiffre que je retiens particulièrement a trait à l’éducation : 80% des habitants de Catalogne Nord veulent qu’on ait la possibilité d’étudier le catalan. 76% désirent que l’enseignement du catalan soit systématique à l’école. Il est intéressant de comparer cette donnée à la réalité : moins de 8% de nos enfants ont actuellement accès au catalan à l’école !

Moins surprenant mais à noter également :

Plus de 85% souhaite la création d’une télévision locale en catalan, environ 10% sont contre, le reste ne se prononce pas

Plus de 80% souhaite une loi pour les langues dites régionales, 16% sont contre

Environ 70% souhaite un bilinguisme systématique dans la vie publique, 20% sont contre

Environ 58% souhaite que le catalan soit co-officiel avec le français dans le département, 33% sont contre

Et enfin, une donnée intéressante quand on se rappelle que seuls 40% des sonés sont nés ici :

53% se disent catalan, avec une dynamique en nette augmentation depuis quelques années puisque chez les jeunes ce chiffre monte à 56,3%.

Il est donc évident que non seulement nous sommes dans une phase de récupération  identitaire mais aussi et surtout qu’il y a une volonté claire de récupération linguistique, à laquelle les pouvoirs publics ne répondent pas et en premier lieu l’éducation nationale qui ne permet pas à ceux qui le souhaitent d’apprendre le catalan.



Automenyspreu i frontera mental

ECT4

Article publicat a Racó Català

Molts pensàvem que l’auto-odi, o més aviat l’auto-menyspreu, havia passat i s’anava debilitant. Sembla que no. Ahir participava com a públic interessat (com a representant de l’ajuntament de Perpinyà) a una reunió-debat sobre l’eurodistricte. Entre els temes, van parlar de la dificultat de crear relacions entre l’universitat de Perpinyà i la de Girona per raons… de llenqua ! No m’ho hauria pensat ! Que tinguem dificultats linguístiques en l’àmbit comercial, és cert ; a nivell laboral també. Però a nivell universitari ?! Això significa que tidríem dificultats lingüístiques amb el català mentre que hi ha una facultat de català a Perpinyà (dèbil però existeix) i no tindríem dificultats lingüístiques amb països com Xina o Romania ? Perdoneu però no fotem ! Si no enfortim les relacions entre les universitats és per falta de feina ! No té rés a veure amb les llengües. De fet ja tenim acords de col.laboració com per exemple la Xarxa Vivés d’universitats catalanes. També he proposat crear una facultat de medecina transfronterera tenint en compte l’institut d’infermeres de Perpinyà, l’hospital transfronterer de Puigcerdà, la facultat de medecina i la de fisioterapia de Girona, i potser alguns altres instituts. Si parlem la mateixa llengua, millor. Si no ? els estudiants s’hi posaran, com els 40% d’estudiants francesos que integren cada any la formació de fisioterapia de Girona.

Apa ! Endavant ! Amb convicció i força, aconseguirem fer de l’espai català transfronterer un espai on viurem naturalment sense barrera lingüística.



Opinió Racó Català : França, sense remordiment

Aquí teniu el meu primer article d’opinió publicat al Racó Català :

França s’autoproclama “País dels Drets Humans”. Evidentment ni els ha inventat ni els ha escrit primer, però els francesos majoritàriament s’ho creuen. Aquesta mentida repetida excusa tota falta de respecte dels drets fonamentals. Així per exemple, França pot menysprear les cultures que la componen tot i afirmar que és la Nació dels Drets Humans.

Hme estat seguint la vaga de fam que en David Grosclaude, conseller regional d’Aquitània, ha fet per a obtenir l’acord estatal de creació de l’institut de la llengua occitana. Aquesta institució va ser votada per dos consells regionals però sense l’acord de l’Estat, no podia existir. Òbviament, un funcionari parisenc -que no ha acollit mai cap persona no francòfona al seu despatx- ha decidit, al veure la demanda, que aquest vot dels dos consells no havia d’arribar a bon port. Ha calgut una vaga de fam d’un elegit durant una setmana i la mobilització de molts altres elegits (també he enviat una carta al Manuel Valls) perquè s’aconsegueixi … continua llegint fent clic aquí

http://www.racocatala.cat/opinio/article/36973/franca-sense-remordiment?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter



Carta al Primer Ministre Valls

Lettre ouverte

Honorable primer ministre,

Senyor Valls,

Li escric en català, una de les dues llengües que compartim. Una llengua que necessita una lluita a cada instant per a que sigui respectada, utilitzada amb normalitat i ensenyada, sense les moltes dificultats que patim a França. Li escric perquè vivim un moment clau tant en l’actualitat amb la vaga de fam del conseller regional d’Aquitània David Grosclaude, com amb les reformes que vostè dirigeix. Ja sabem que al govern francès vostès no volen “regions identitàries”. Les seves reiterades declaracions em fan pensar que no li podré fer canviar d’opinió. Sabem que pertànyem a França i que no s’ha de tractar el tema de la identitat catalana com es tracta a Catalunya Sud. Però també sabem a quin punt els seus (els nostres) avant-passats eren perseguits només per parlar català. Aquí a Catalunya Nord -nom correcte dels Pireneus-Orientals- sabem més que cap altre territori el valor del republicanisme i el seu “arrelament” al respecte de les varietats culturals.

Aquest període que vostè mana, és clau entre altres coses perquè nosaltes, catalans, bascos, corsos, alsacians, bretons, … temem la barreja entre els valors republicans -que hauríen de respectar les variants culturals- i els valors nacionalistes -que volen aniquilar qualsevol altra cultura que la francesa. Temem que el jacobinimse d’esquerra es transformi en nacionalisme soft. Evidentment no em permetré fer cap paral·lel amb el nacional-socialisme…

Honorable Primer Ministre, com molts nord-catalans, vostè no té cap problema en ser català i francès. A Espanya, fins fa poc, l’independentisme català no era majoritàriament verbalitzat. Ara el rei i l’himne espanyol són xiulats. Em permetrà vostè de recordar-li que és el menyspreu d’Espanya envers els catalans (llengua, reconeixament cultural, competències, …) que va fer crèixer una important part d’aquest independentisme. A França, quan dues regions voten la creació d’una entitat per a la promoció i la difusió de la llengua occitana, l’Estat bloqueja fins al punt que un dels seus elegits es veu obligat a fer una vaga de fam ! A França, està prohibit, segons la interpretació del Consell Constitucional de l’article 2 de la Constitució, d’utilitzar la llengua catalana en molts àmbits públics. A França, aprendre l’alemany, fins i tot a Perpinyà, és més fàcil que aprendre el català, tot i la nostra proximitat immediata amb un territori on 70% dels intercanvis laborals es fan en aquesta llengua. A França, no s’ensenya la història real dels territoris, sinó la història del territori que ens va annexar.

Què creu vostè que genera aquest menyspreu per part de França a les cultures locals ? Vostè creu sincerament que complicar l’accès a la cultura local ens farà més francesos o al contrari que generarà odi en contra de l’Estat ?

Li convido a venir a un partit de la USAP o dels Dracs Catalans on l’estadi s’omple de banderes catalanes. Aquests partits esportius on, després d’entonar els himnes catalans com l’Estaca i Els Segadors, s’aixequen temporada rere temporada més estelades.

La voluntat de recuperació linguística pot acompanyar-se o estar rebutjada. França, que vostè representa, té diverses opcions : o integrar les cultures i les llengües locals en el sistema educatiu i en l’àmbit públic (reformes escolars, ratificació de la Carta Europea de les Llengues, decentralització real i coherent) o continuar bloquejant tota forma de progrès.

En un període en el qual la recerca de veritat i d’identitat fa crèixer la “por de l’atre”, estem convençuts que el reconeixement de les especificitats locals milloraria les relacions que tenim amb França, que s’estan degradant greument. El reconeixament de les cultures que ara formen part de França no és un risc per França. Es el fet que genera odi a la seva contra que debilita la República.

Amb tot el respecte, li adreço les salutacions fraternals d’un poble que es sent menystingut.

David Grosclaude

David Grosclaude

Brice LAFONTAINE

Président d’Unitat Catalana

Maire-Adjoint à Perpignan et conseiller communautaire à PMCA

Remplacer “Perpignan la catalane” par “Perpignan la française”

Voilà la drôle d’ingérence du Consul Général d’Espagne qui en fait bondir plus d’un. Ce mercredi 29 avril, lors d’un débat (où seuls ceux qui étaient prévus pouvaient intervenir) organisé par l’Indépendant et dont le sujet était “comment attirer la clientèle espagnole”, le consul n’a pu s’empêcher de transposer le conflit hispano-catalan à la Catalogne Nord. Alors que les échanges avaient commencé avec un bon ton, distinguant catalans et espagnols tant au niveau culturel qu’économique (les catalans étant plus proches restent moins longtemps) la conclusion du Consul a été de dire qu’il a été négativement surpris en arrivant à Perpignan de voir tant de drapeaux catalans et une culture aussi présente “alors que personne ne parle catalan ici, personne !”. Evidemment il était là dans un rôle politique anti catalan car il sait très bien qu’il a déjà eu droit à plusieurs manifestations de catalans devant son consulat, qu’il parle régulièrement en catalan à de nombreux nord-catalans (dont moi-même) et que si effectivement le catalan ne jouit pas d’une utilisation normale et courante, il est pourtant bel et bien en phase de récupération. Mais faut savoir que son hostilité est telle que les organisateurs ont “oublié” d’inviter son homologue catalan, le directeur de la Casa de la Generalitat, à qui il n’adresse même pas la parole.

Alors on est tenté de lui dire deux choses à ce consul : premièrement, nous ne venons pas à Madrid expliquer comment ils doivent manifester leur identité (ou la cacher) donc prière de respecter le lieu où vous êtes. Deuxièmement, ne vous en déplaise, vous êtes en Catalogne. Certes, ce territoire est français mais de culture catalane. Nous avons donc une double culture, que vivent très bien par exemple les bretons, basques, alsaciens ou corses mais aussi les Guinéens (qui ont gardé une culture hispanique) les Québécois ou encore les Valdôtains (Vallé d’Aoste, culture française en Italie) et de très nombreux autres peuples dans le monde. La double culture est une richesse, certainement pas un handicap. Si certains espagnols politisés ont un souci avec la Catalogne, nous devons avoir la force et l’ambition de les réconcilier avec notre culture. Pas en terme politique puisque nous ne serons pas d’accord, mais en terme culturel, nous sommes tout à fait capables, contrairement à vous, d’affirmer notre culture et notre identité sans rejeter personne.

La petite note positive que je retiens de son intervention déplacée, c’est tout de même qu’il disait que depuis Barcelone où il a vécu, il était persuadé qu’à Perpignan la langue catalane était aussi présente que dans le reste de la Catalogne. Cela montre notre capacité à attirer des chalands catalans mais aussi du monde entier car toutes les études, à commencer par la fréquentation touristique et le transit aéroportuaire, montrent qu’en Europe et à l’autre bout du monde la Catalogne et Barcelone sont des marques porteuses. Alors renforçons nos relations avec la Catalogne Sud, n’en déplaise à ce consul, et développons notre économie en nous ouvrant au monde avec la ville la plus importante de la péninsule ibérique plutôt que nous mettre des barrières et nous noyer dans des schémas qui ne nous correspondent pas.

i per descomptat, si no li convé, vostè és lliure d’anar a algun lloc més “francés”.

Déclaration des rencontres interrégionales contre la réforme territoriale

Déclaration des représentants des langues et cultures régionales de la République Française, réunis dans le cadre des XXIVe Rencontres interrégionales des langues et cultures régionales
à Rennes le vendredi 28 novembre 2014.

Nous, solidairement,

– exprimons notre consternation face au repli identitaire français et à la politique régressive menée par le gouvernement dans le cadre de la réforme territoriale. Cette réforme est la négation même des spécificités des territoires, des diversités linguistiques et culturelles ainsi que des réalités économiques et sociales ;

– dénonçons un déni de démocratie. Le gouvernement, en refusant le droit aux citoyens de déterminer eux-mêmes leur région ou territoire, viole l’article 5 de la Charte Européenne de l’autonomie locale ;

– dénonçons une recentralisation. L’État impose un découpage arbitraire, incohérent et technocratique des régions. A cette occasion, il redonne aux préfets la prééminence sur les élus du peuple ;

– dénonçons par ailleurs une politique qui organise la régression des langues dites régionales en entravant les efforts de leurs locuteurs et des politiques locales pour les faire vivre et prospérer.

Nous constatons qu’il existe sur le territoire français, conformément à la Constitution, des collectivités territoriales à statut particulier (Métropoles, Grand Paris, Grand Lyon, Corse…).

Nous demandons la mise en place de nouvelles collectivités territoriales à statut particulier cohérentes et conformes aux intérêts linguistiques, culturels et économiques des populations et territoires. Ceci renforcera, ainsi, l’ouverture sur l’Europe et sur le monde.
Ces collectivités devront être dotées de la compétence linguistique afin de valoriser et de développer nos langues.

Nous appelons les acteurs culturels, les élus et l’ensemble des citoyens à relayer cette déclaration et à renforcer la mobilisation.
Le Président,

Raymond Yvon BISSOL
Représentants de :
ALSACE, BRETAGNE, CATALOGNE, GUADELOUPE, GUYANE, LA REUNION, MARTINIQUE, MAYOTTE, OCCITANIE, PAYS BASQUE.

Nos propositions “langue et territoires” (bilingue)

Voici les projets que nous portons avec Christine Espert (candidate MoDem-Unitat Catalana sur la 1ère circo) concernant notre territoire et notre langue. Vous retrouverez d’autres projets sur le site de campagne www.christineespert2012.fr

Reconnaissance de la langue catalane et de toutes les langues endémiques de France au travers de l’application de la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires. Pour cela je proposerai une modification de la Constitution pour qu’il n’y ait plus d’obstacle institutionnel.

Reconeixement de la llengua catalana i de totes les llengües endèmiques de França a través de l’aplicació de la Carta Europea de les llengües regionals o minoritàries. Per això, proposaré una modificació de la Constitució per que no hi hagi més obstacle institucional.


Création d’un label Produit Catalan. Le principe de Sud de France est un bon projet mais ne nous correspond pas. Il nous noie dans un ensemble dans lequel nous sommes en concurrence et qui n’est pas porteur. Un label Produit Catalan ferait rayonner notre territoire et permettrait de mettre en avant la production locale, dans le respect des règles du commerce équitable.

Creació d’un label Producte Català. El principi Sud de France no ens correspon. Ens nega dins d’un conjount en el qual estem en competència. Un label Producte Català posaria en relleu la producció local, en el respecte de les regles del comerç just.


Je redonnerai l’importance qu’ils méritent aux départements. La fuite des centres de décisions tant publics que privés sur la capitale régionale nous ont affaiblis. Les décisions quant à l’investissement et au soutien de l’économie locale ne peuvent se prendre qu’au niveau local. Je combattrais le centralisme parisien comme montpellierain, imposés par des années de jacobinisme dont l’UMP et le PS sont les garants.

Tornaré la importància que mereixen als departaments. La fuita dels centres de decisions tant públics com privats a la capital regional ens han afeblit. Les decisions quant a l’inversió i al suport de l’economia local només es poden prendre a nivell local. Combatré el centralisme parisenc com el montpellerí, imposats per molts anys de jacobinisme, dels quals la UMP i el PS n’estan dels garants.

Je relancerai l’Eurodistricte. Ce grand projet est aujourd’hui quasiment au point mort. Je ferai aboutir les projets y afférents afin que notre frontière ne soit plus un handicap mais un atout. Nous serons alors complémentaires de la zone Girona-Figueres au lieu d’être en concurrence comme aujourd’hui. Entre autres projets, l’Eurodistricte diminuera les coûts des télécommunications, améliorera la relation entre les aéroports et garantira le développement de Perpignan-Rivesaltes, facilitera l’emploi transfrontalier, etc.

Reactivaré l’Eurodistricte. Aquest gran projecte és avui dia gairebé en punt mort. Lideraré projectes relacionats amb la nostra frontera perquè ja no sigui més un desavantatge sinó un avantatge. Aleshores, serem una àrea addicional de Girona-Figueres en lloc de competir com ara. Entre altres projectes, l’Eurodistricte reduirà els costos de les telecomunicacions, millorarà la relació entre els aeroports i garantirà el desenvolupament de Perpinyà-Ribesaltes, facilitarà l’ocupació transfronterera, etc.


Autour de mes propositions pour l’emploi, notamment la déclinaison agriculture, je ferai de Perpignan un centre et plus une périphérie (Toulouse-Montpellier-Barcelona) pour accueillir des congrés et de la recherche; Nous avons déjà les infrastructures, il ne manque que le soutien et la dynamique publique.

Al voltant de les meves propostes per a l’ocupació, incloent la declinació agricultura, faré de Perpinyà un centre i no perifèria (Tolosa-Montpeller-Barcelona) per a acollir congressos i investigació. Ja tenim les infraestructures, només falta suport i dinàmica públics.

enseignement de la langue et de la culture catalanes disponibles dans tous les établissements scolaires. Possibilité de prendre le catalan en LV1, amélioration de l’offre bilingue.

Ensenyament de la llengua i la cultura catalanes disponibles en tots els establiments escolars. Possibilitat de prendre el català com a LV1 i millora de l’oferta bilingüe.

Resposta a la carta de la Federació pel català

Aquí trobareu la carta.

La Federació d’Entitats,
Senyores, Senyors Presidents i responsables d’associacions,

 
Primer de tot us he d’agrair per destacar el dret imprescindible de cada poble a utilitzar la seva llengua. La vostra feina per aquests drets permet cada dia avançar més cap a l’objectiu de normalització de les llengües.
A més de la vostra lluita que comparteixo totalment, vull destacar el compromís del President del
meu moviment, en François Bayrou, quant a les llengües i el territori. El senyor Bayrou ja fa anys
que va començar a lluitar pel reconeixement de les llengües dites regionals a França. Fins i tot va començar la política en gran part per això i sovint utilitza la seva llengua, el bearnès, als seus discursos. Durant la campanya presidencial (i no només aquesta sinó totes a les quals va participar) sempre va insistir sobre dos aspectes : la llengua i el territori. Vull fer-ne la declinació catalana, de la mateixa manera que vull lluitar per una marca “produït a Catalunya” enlloc del Sud de France que no ens representa.
Estic convençuda que la política moderna s’ha de basar sobre els territoris. És per això que hem
decidit amb en Brice LAFONTAINE unir-nos per aquestes eleccions. El seu compromís per la
llengua i la cultura no són a demostrar.
És doncs obvi que no només portem l’única candidatura que promet modificar la Constitució per a l’aplicació de la Carta Europea de les llengües dites minoritàries, sinó que sobretot som els únics que podem dir-nos ja compromesos per aquesta finalitat tant a nivell de partit com a nivell personal.
Pel que fa a la vostra proposta de llei-marc, no em sembla necessari en el cas d’una aplicació de la
Carta Europea. Aquesta Carta té diversos graus. Poden anar d’un simple reconeixement fins a
l’equivalent de la cooficialitat. Llavors, el grau de garanties per a l’ús de la llengua ja pot ser (i ha de ser, al meu parer) un grau que permeti el desenvolupament, no només la supervivència, sinó el
desenvolupament de les llengües.
Portem l’única candidatura catalanista de les eleccions. I més enllà, som els únics en capacitat de dir
que ja hem demostrat el nostre compromís amb Catalunya i el català. L’associació del MoDem i d’Unitat Catalana és doncs una evidència per mi i us asseguro que els projectes de reconeixement de la llengua i del territori és una de les meves prioritats. De fet, ho trobareu als meus documents de campanya amb mateixa prioritat que l’ocupació laboral, l’allotjament, l’agricultura i el deute.


Moltes gràcies per tot.


Christine ESPERT, candidata a la 1era circumscripció
Brice LAFONTAINE, suplent.

L’Indépendant ou l’espagnolisme involontaire …

Dans son article d’aujourd’hui (Catalogne : Pas de TGV entre Figueras et Barcelone avant l’été 2013), Joana Viusà utilise le terme “Figueras”.

J’aimerais comprendre ce qui pousse les gens, notamment les instruits, cultivés et autres “élites” à utiliser un terme en français “Barcelone” et un en castillan “Figueras”, d’autant plus que je ne doute même pas que cette journalise (que je ne crois pas connaître) parle catalan. Voilà pourquoi je parle d’espagnolisme involontaire.

Là où ça en devient problématique, c’est que le terme “Figueras” n’est plus utilisé qu’ici, en Catalogne Nord, alors qu’il a été banni au sud pour cause de référence franquiste !

On pourrait croire qu’il n’y a pas d’autre manière de le dire mais pour ceux qui ne le savent pas, la toponymie de la Communauté Autonome de Catalogne n’utilise que le catalan Figueres, tout en sachant que pour les francophones il existe Figuères. Alors pourquoi bon sang se complilquer la vie à l’écrire en castillan dans un article en français qui ne concerne que la Catalogne ?!

La seule réponse que j’imagine est une simple conséquence de la triste tradition provoquée par Franco : l’espagnolisme quotidien.

Alors s’il vous plaît, chers journalistes, je sais bien qu’il vous coûte d’utiliser les vrais termes pour les municipalités nord-catalanes car vous écrivez en français mais pour les sud-catalanes, s’il vous plaît, utilisez leur toponymie officielle ou au pire le français.

Le déficit budgétaire de La Bressola (en français – article següent en català)

L’article 75 de la Constitution affirme que les langues dites régionales appartiennent au patrimoine de la France. Cela devrait leur octroyer des droits, mais le Conseil constitutionnel a tranché en disant que cet article ne confère aucun droit aux langues. Nous pouvons toutefois penser que, au minimum, l’Etat et les collectivités locales se doivent de faire vivre les langues.

Pour vivre, La Bressola a juste besoin d’être considérée comme n’importe quelle école. Quand un enfant est inscrit dans une ville voisine, votre ville paie à la voisine ce qu’elle considère être le coût éducatif de l’enfant. Ceci fonctionne pour toute école… sauf pour La Bressola qui est une école privée du fait que la France refuse de considérer cette langue. Les parents des élèves paient des impôts à leur municipalité. C’est de là que vient le déficit budgétaire de la Bressola ! Conséquence étrange : cela signifie que l’Etat (centralisateur par définition) verse sa quote-part en salaires des enseignants, mais les municipalités -pourtant premières concernées- ne paient pas ou très peu.
Certaines municipalités paient une partie, mais la seule où la survie de La Bressola est apparemment assurée est Perpinyà, qui la considère comme toute les autres écoles, avec les mêmes ressources et droits.
Cela n’a rien à voir avec la politique chez l’école catalane. La Bressola ne fait pas de politique, et Joan-Pere Le Bihan (président), le répète assez.
Exemple d’absence de «normalité» de la Bressola avec Morrellàs (Maureillas) : J’ai passé quelques années à essayer d’implanter la Bressola dans le Vallespir. Un désir très cohérent au niveau de la “comarca” pour la direction de l’école et pour moi au niveau idéologique, mais aussi par logique territoriale. Première difficulté: Le Vallespir est entre les mains de la gauche. Considérant que La Bressola ne fait pas de politique, cela n’aurait du poser aucun problème… c’est ce que je croyais. Mais en réalité, j’ai rencontré Marcel Mateu (conseiller général en charge de la catalanité) qui me dit ne pas vouloir aider La Bressola car c’est une école de droite ! Je lui répondit que c’était une bonne occasion pour qu’il y en ait une dans une ville (au départ à Céret) et un canton de gauche. Mais au final il conclu disant que le Conseil Général n’aidera pas ce type d’école (immersion en catalan). Dont acte. Après des années de travail, La Bressola obtient un terrain de la commune de Morrellàs. Seuls restaient à couvrir les frais du personnel de nettoyage par la communauté de communes. Ce qui fut refusé… même pour une école de 8 enfants !

Il faut aussi noter le rôle que jouent les écoles publiques, notamment pour la fermeture de Càldegues. Il semblerait que certains maires soient contents que le Bressola ferme car cela augmenterait le nombre d’élèves scolarisés dans les écoles publiques et éviterait de fait la suppression de postes d’enseignants comme c’est actuellement prévu par l’Education “nationale”.
Il faut bien être conscients qu’avec les demandes de scolarisation actuelles La Bressola pourrait ouvrir 3 classes. Mais le manque de soutien financier des municipalités concernées pour l’éducation de leurs enfants et le manque de soutien du Conseil général qui ne donne même pas un euro à la Bressola (rappelez-vous que le seul budget communication est de plus de 3 millions !) rend cela impossible. En outre, nous pouvons dire que la Generalitat de Catalunya y a également joué un rôle en baissant leurs subventions. Néanmoins, il faut avoir conscience que ce ne devrait être qu’un complément car ils nous aident alors que nous ne dépendons pas de leur territoire (administratif).

Tous jouent un rôle qu’ils n’assument pas.

Enfin, d’une dynamique de développement, La Bressola est actuellement passée à une situation de fermeture de classes, et même d’école. C’est une honte, et comme vous pouvez le voir avec le raisonnement du financement, c’est stupide ! Maintenant, les municipalités qui ne payaient pas pour la scolarité des enfants devront le faire mais au lieu de faire vivre une école avec 8 employés, ils transfèreronts à d’autres communes… pour sauver 2 postes d’enseignants. Quand on pense que beaucoup de ces maires votent actuellement pour soutenir “municipis per la independència” et pour dénoncer le traité des Pyrénées … Il paraît alors évident qu’aucune de ces deux démarches n’est faite pour le catalan.