Remplacer “Perpignan la catalane” par “Perpignan la française”

Voilà la drôle d’ingérence du Consul Général d’Espagne qui en fait bondir plus d’un. Ce mercredi 29 avril, lors d’un débat (où seuls ceux qui étaient prévus pouvaient intervenir) organisé par l’Indépendant et dont le sujet était “comment attirer la clientèle espagnole”, le consul n’a pu s’empêcher de transposer le conflit hispano-catalan à la Catalogne Nord. Alors que les échanges avaient commencé avec un bon ton, distinguant catalans et espagnols tant au niveau culturel qu’économique (les catalans étant plus proches restent moins longtemps) la conclusion du Consul a été de dire qu’il a été négativement surpris en arrivant à Perpignan de voir tant de drapeaux catalans et une culture aussi présente “alors que personne ne parle catalan ici, personne !”. Evidemment il était là dans un rôle politique anti catalan car il sait très bien qu’il a déjà eu droit à plusieurs manifestations de catalans devant son consulat, qu’il parle régulièrement en catalan à de nombreux nord-catalans (dont moi-même) et que si effectivement le catalan ne jouit pas d’une utilisation normale et courante, il est pourtant bel et bien en phase de récupération. Mais faut savoir que son hostilité est telle que les organisateurs ont “oublié” d’inviter son homologue catalan, le directeur de la Casa de la Generalitat, à qui il n’adresse même pas la parole.

Alors on est tenté de lui dire deux choses à ce consul : premièrement, nous ne venons pas à Madrid expliquer comment ils doivent manifester leur identité (ou la cacher) donc prière de respecter le lieu où vous êtes. Deuxièmement, ne vous en déplaise, vous êtes en Catalogne. Certes, ce territoire est français mais de culture catalane. Nous avons donc une double culture, que vivent très bien par exemple les bretons, basques, alsaciens ou corses mais aussi les Guinéens (qui ont gardé une culture hispanique) les Québécois ou encore les Valdôtains (Vallé d’Aoste, culture française en Italie) et de très nombreux autres peuples dans le monde. La double culture est une richesse, certainement pas un handicap. Si certains espagnols politisés ont un souci avec la Catalogne, nous devons avoir la force et l’ambition de les réconcilier avec notre culture. Pas en terme politique puisque nous ne serons pas d’accord, mais en terme culturel, nous sommes tout à fait capables, contrairement à vous, d’affirmer notre culture et notre identité sans rejeter personne.

La petite note positive que je retiens de son intervention déplacée, c’est tout de même qu’il disait que depuis Barcelone où il a vécu, il était persuadé qu’à Perpignan la langue catalane était aussi présente que dans le reste de la Catalogne. Cela montre notre capacité à attirer des chalands catalans mais aussi du monde entier car toutes les études, à commencer par la fréquentation touristique et le transit aéroportuaire, montrent qu’en Europe et à l’autre bout du monde la Catalogne et Barcelone sont des marques porteuses. Alors renforçons nos relations avec la Catalogne Sud, n’en déplaise à ce consul, et développons notre économie en nous ouvrant au monde avec la ville la plus importante de la péninsule ibérique plutôt que nous mettre des barrières et nous noyer dans des schémas qui ne nous correspondent pas.

i per descomptat, si no li convé, vostè és lliure d’anar a algun lloc més “francés”.



11 comentaris a “Remplacer “Perpignan la catalane” par “Perpignan la française”

  1. Bonjour M. Lafontaine.

    Ayant eu le plaisir d’animer ce débat mercredi soir, je voudrais juste apporter une précision à votre phrase ” (où seuls ceux qui étaient prévus pouvaient intervenir) “.

    Les intervenants prévus étaient sur l’estrade, mais vous avez pu constater que plusieurs personnes sont intervenues dans le public, au fur et à mesure de la rencontre . Je citerais de mémoire Camille Ottero, Robert Guichet, Laurent Gauze, Denis Leluc, MmeMaulin ..
    Je regrette que vous n’ayez pas demandé la parole ( ou peut-être n’ai-je pas été assez attentif ? ) car c’est avec plaisir que je vous l’aurais donnée, comme je l’ai fait avec les autres intervenant ” non prévus “. C’est l’essence même d’un débat et souvent une bénédiction pour le meneur de jeu 🙂

    En espérant avoir le plaisir de vous revoir lors d’un nos prochains Club de l’Eco,
    Sincères Salutations.

    • La sensation décrite est simplement la conséquence du fait d’avoir donné la parole à des gens qui ne la demandaient pas comme la directrice d’Atout France Espagne par exemple mais bien d’autres également. Quant à Camille, il est intervenu (et a bien fait) en coupant la parole, chose que je ne me suis pas permise de faire. Je note qu’il faudra que je m’impose particulièrement dans les prochains débats, qui à imposer ma prise de parole et ne pas attendre qu’on me la donne.

  2. Bonjour,

    De souche catalane et profondément enracinés dans cette culture, bravo pour votre commentaire malgré que mon catalan est brouillon mais je le comprend parfaitement et le lis aussi. Merci et continuez! Visca catalunya!!!!

  3. Senyor Lafontaine,

    Sóc una catalana del sud, de Barcelona. L’estiu passat vaig passar un parell de dies a Perpinyà i m’hi vaig sentir molt còmode. Em va semblar una ciutat molt bonica i acollidora. Em va fer molta il.lusió veure rètols en català. Als restaurants em vaig adreçar en francès i als punts d’informació en català. No em van respondre en català però en cap moment em van dir que no m’entenien i sempre van ser molt amables. Vaig comprar un parell de llibres a la LLibreria Catalana, a la plaça Jean Payra; allà sí que vaig tenir l’oportunitat d’intercanviar uns mots en català.

    Li dono tota la raó pel que fa al seu comentari, molt ben raonat. “Viu i deixa viure”; no em sembla que sigui demanar massa.

  4. Jo crec que té raó i la veritat fa mal, qui diu la veritat perd l’amistat, i es veritat que devant del consulat s’han manifestat per defendre la llengua i la cultura, però també es veritat que eren quatre gats!

  5. També es veritat que en general hi ha una ignorància de la llengua catalana, a tal punt que moltes vegades, i ho dic perquè m’ha passat ,confundeixen el català en el gità, a mi m’ha passat a Perpinyà i la directora de una escola molt coneguda i reputà de Perpinyà es va atrevir a dir-me si el català i el gità no era el mateix, així que dir que Perpignan es francès es una realitat molt present , i dir català a Perpignan queda molt bé, podríem dir que està de moda!

  6. Des de la Catalunya del sud, molts d’ànims a tots aquells qui defenseu la dignitat catalana a la Catalunya del nord.

  7. Quan parlen català (que és la llengua de la seva comunitat), els gitanos de Perpinyà diuen que parlen gità. O sigui que gità i català son efectivament el meteix a Perpinyà.

    • Els gitanos arrelats a Catalunya, tot i mantenir lèxic caló, acostumen a tenir el català com a llengua pròpia, especialment els de l’Empordà i el Rosselló i conserven la llengua catalana amb trets molt genuïns cosa especialment remarcable a la Catalunya Nord on és el grup humà de la zona que més i millor manté l’ús del català.
      Aixo no vol dir que ‘gitano’ i català siguin el mateix a Perpinyà; vol dir que el poble gitano ha adoptat el català com a llengua pròpia a Perpinyà.

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *