C. Puigdemont pourrait se faire élire eurodéputé en Belgique

Le président catalan se trouve actuellement renforcé dans son combat contre la justice espagnole. En effet, les justices belge, écossaise, suisse et surtout allemande ont refusé les demandes espagnoles. Pire, le tribunal allemand a déclaré illégale -car contraire aux droits fondamentaux- l’accusation de rébellion des catalans. Suite à cela, tous les exilés catalans sont à nouveau libres de circuler dans toute l’Europe, sauf évidemment en Espagne, car le juge en charge de l’inculpation a dû retirer les mandats d’arrêt. En cas de retour sur le sol espagnol, ils seraient immédiatement incarcérés, avec un nouveau mandat d’arrêt émis dans les plus brefs délais, les empêchant de quitter le territoire.

C’est donc dans ce contexte que les flamands envisagent de proposer à Carles Puigdemont de figurer en bonne position sur leur liste aux européennes, garantissant au catalan un siège d’eurodéputé. Au-delà du pied-de-nez que cela ferait à l’Espagne, c’est un gros coup qui se joue. Politiquement, la N-VA verrait son image radoucie (elle est souvent accusée d’être très dure socialement), et Carles Puigdemont récupérerait un siège politique effectif (il est actuellement élu député au parlement catalan mais dans l’impossibilité de s’y rendre). Juridiquement, ce serait très bien joué. En effet, après avoir mis volontairement la justice belge puis involontairement la justice allemande dans le conflit catalano-espagnol, ce serait l’Europe qui devrait se prononcer si Carles Puigdemont voulait revenir en Espagne. Une fois eurodéputé, il bénéficierait de l’immunité parlementaire qui ne peut être levée que par le parlement européen. Le juge espagnol devrait alors relancer un mandat d’arrêt dès l’arrivée du président catalan sur le territoire et le parlement européen se prononcer sur sa validité. Il est peu probable que les eurodéputés laissent un des leurs se faire incarcérer pour un délit que les différentes justices ont considérés comme contraire aux Droits de l’Homme. Mais rien n’est sûr et cette idée reste risquée car il s’agit avant tout d’une assemblée politique dans laquelle les jeux d’influence sont bien plus importants que les valeurs. Nous l’avons vu avec les différentes prises de position des chefs d’Etat lors de la déclaration d’indépendance d’octobre dernier et même lors des violences espagnoles du 1er octobre (lors du référendum).

Un coup de poker à deux coups donc pour le président catalan. D’abord se faire élire et retrouver un siège effectif, puis éventuellement prendre le risque de retourner sur ses terres…

Les élections européennes auront lieu en juin 2019. Chaque citoyen européen peut se présenter dans n’importe quelle circonscription dans laquelle il est domicilié.

Voici la réponse du président Puigdemont à l’ultimatum de Madrid

Carles Puigdemont n’a pas déclaré l’indépendance mais préparé la déclaration, signée par le gouvernement et les parlementaires. Elle est prête à être proclamée. Néanmoins, pour des raisons évidente d’effectivité, il souhaite qu’une négociation avec le gouvernement central permette d’établir certaines règles de transfert de compétences, de dette, d’accords internationaux, etc. Carles Puigdemont continue à demander le dialogue et donne une échéance de deux mois. Mariano Rajoy a répondu par un ultimatum binaire : la Catalogne déclare-t-elle sont indépendance ou pas ? Celle qui est toujours une région autonome a jusqu’à jeudi pour répondre.

Cliquez ici pour lire la nouvelle lettre de Puigdemont à Rajoy (en français) en pdf : 001

Article Racó Català : El procés vist del Nord i l’altre procés al Nord

racocatala

Enllaç aquí 

Des de dissabte passat tinc moltes sol.licitacions per a expressar-me sobre l’elecció d’en Carles Puigdemont com a President de la Generalitat. Evidentment aquí hi ha molta esperança amb el procés. Sempre que pugui, explico als sud catalans que la independència no només és important per la comunitat autònoma de Catalunya, sinó també per tota la Nació catalana, de Salses a Guardamar… Conec personalment en Carles Puigdemont i estic molt content de poder comptar amb una persona convençuda per la independència, compromesa pel territori i per qui els intercanvis amb Catalunya Nord haurien de ser naturals i ampliats. Llavors, és evident que és una bona cosa per les terres del Nord que sigui ell qui té aquest deure de dur Catalunya fins a la llibertat.
Però aquí també tenim una actualitat, un procés. Molt menys engrescador. Es tracta més aviat de preservar el poc que tenim i no pas tirar endavant un projecte, però hi és : el nom de la nova macro-regió que absorba Catalunya Nord dins d’un conjunt que va més enllà de Tolosa i Montpeller. Si tenim una oportunitat en la consulta que la nova presidenta regional ens ha promés, podem estar segurs que en realitat el nom no ens convindrà. El nom «Occitània» surtirà primer. Seguit segurament per «Occitània-Catalunya» que és lo que demanem. Però els occitans són més nombrosos i les consultes fetes pels mitjans de comunicació fins ara han donat Occitània com a opció més votada. Llavors aquí a Catalunya Nord lluitem també. No per la llibertat per la qual som massa minoritaris, sinó com a mínim pel respecte de la nostra identitat i la nostra cultura. Ni tant sols sabem si proposaran al vot el nom «Occitània-Catalunya», però ja sabem que no tindrem un estatut particular, ni una regió pròpia. Tornarem a sofrir, tornarem a lluitar, tornarem a vèncer… tots junts !