Bientôt le Canigou délocalisé à Montpellier…

Comme vous pouvez le lire dans l’article de L’Indépendant ci-contre, le centre de tri postal de Perpignan va être délocalisé à Montpellier. Centre de triEncore une fois est-il nécessaire de rappeler que ce n’est pas un événement unique mais bel et bien une fuite permanente de tous les centres de décisions et d’emploi vers la capitale régionale? Pire, les délocalisations se font même au profit de Narbonne (ASF ou Vignerons Catalans par exemple). Aujourd’hui avec le centre de tri, outre le délai probablement plus important d’acheminement de courrier (notre département est déjà considéré comme mal desservi), nous perdons surtout une plate-forme de 60 emplois. Quand on l’ajoute à tout ce que nous perdons institutionnellement  comme dans le secteur privé, ça fait maintenant une grande quantité d’emplois perdus. Bourquin lui-même disait dans une interview prendre à toute la région pour mettre le paquet sur Montpellier. 30 ans que ça dure ! Perpignan était l’égale de Montpellier, c’est maintenant une zone sinistrée !

Comme nous sommes habitués à ces délocalisations, encouragées d’une part par des subventions régionales importantes et d’autre part par l’effet capitale (régionale), je me demande maintenant… à quand la délocalisation du Canigou sur Montpellier ? On en rit (jaune) mais s’ils pouvaient, ils le feraient sans hésiter !



L’Indépendant ou l’espagnolisme involontaire …

Dans son article d’aujourd’hui (Catalogne : Pas de TGV entre Figueras et Barcelone avant l’été 2013), Joana Viusà utilise le terme “Figueras”.

J’aimerais comprendre ce qui pousse les gens, notamment les instruits, cultivés et autres “élites” à utiliser un terme en français “Barcelone” et un en castillan “Figueras”, d’autant plus que je ne doute même pas que cette journalise (que je ne crois pas connaître) parle catalan. Voilà pourquoi je parle d’espagnolisme involontaire.

Là où ça en devient problématique, c’est que le terme “Figueras” n’est plus utilisé qu’ici, en Catalogne Nord, alors qu’il a été banni au sud pour cause de référence franquiste !

On pourrait croire qu’il n’y a pas d’autre manière de le dire mais pour ceux qui ne le savent pas, la toponymie de la Communauté Autonome de Catalogne n’utilise que le catalan Figueres, tout en sachant que pour les francophones il existe Figuères. Alors pourquoi bon sang se complilquer la vie à l’écrire en castillan dans un article en français qui ne concerne que la Catalogne ?!

La seule réponse que j’imagine est une simple conséquence de la triste tradition provoquée par Franco : l’espagnolisme quotidien.

Alors s’il vous plaît, chers journalistes, je sais bien qu’il vous coûte d’utiliser les vrais termes pour les municipalités nord-catalanes car vous écrivez en français mais pour les sud-catalanes, s’il vous plaît, utilisez leur toponymie officielle ou au pire le français.



Felicitacions als comunicants de CDC

Doncs sí, felicitats a CDC Nord per la seva comunicació. No us escamparà que sóc secretari general d’Unitat Catalana, l’únic partit de Catalunya Nord i, de fet, l’únic que sempre intenta unir el catalanisme cercant una col.laboració amb els dos altres partits catalans que són sucursals del sud (i que sempre han tingut menys vots que nosaltres) : CDC i ERC.

No obstant això, vull felicitar CDC Nord perquè de rés, aconsegueixen fer un munt de coses i els periodistes, que a vegades no cerquen molt més lluny que el comunicat, acaben per fer-ne pàgines d’articles i Tweets…

Doncs, fa unes setmanes, vam aprendre que CDCNord seria la 3era força política de CatNord… perquè tenen 9 batlles adherents. Entesos, llavors d’ara endavant s’hauria de llançar una cursa als batlles…? Perquè la gent del sud ho entengui, cap d’aquests ha estat elegit amb el recolzament de CDC. De fet, alguns han estat elegits sense etiqueta i d’altres amb la UMP (partit jacobí francès). Ara, “només” CDC ha aconseguit recuperar-los. Entre guillonets perquè malgrat tot trobo que és una bona cosa. El mateix dia que un d’aquests batlles figurava en l’article de l’Indépendant com a nou de CDC, donava tot el seu recolzament al candidat UMP de la seva circumscripció per a les legislatives… Aquest mateix batlle que havia deixat uns dies abans la UMP per CDC. Per casualitat el vaig veure a Perpinyà pocs dies després i em va comentar la seva entrada a CDC : “no hi sóc per ideologia, sinó que ens permet a alguns, amb aquest moviment, tenir una dinàmica conjunta”. Ok, doncs la lectura que en faig és que, de fet, no hi tenen cap política, sinó que els hi permet negociar millor amb la UMP… Sort que no tinguessin programa, sinó estaria una mica difícil fer-ho coïncidir amb el de la UMP…! Ja sento els que diran que Unitat va pactar amb la UMP. Us ho preciso de seguida: mai ! Vam tenir dos pactes, sempre amb les persones cap de llistes i mai amb el partit.

L’altra notícia que d’un “no rés” en fan pàgines és aquesta trobada entre el cap de la UMP de Cat Nord (el Senador-Batlle Calvet que respecto molt i que felicito pel seu compromís català tot i ser a la UMP) i el MHP Mas amb en Gordó (futur ex Sec Gen de CDC si no m’enganyo). Van evocar un pacte i d’aquesta evocació llegeixo que els periodistes en fan una afirmació, una gran notícia. Doncs a Unitat Catalana no sabem comunicar. En dos mesos, vam evocar un pacte… (atenció, aquí teniu una GRAN NOTÍCIA) amb la UMP, el MoDem i el PR ! Però també l’Hermeline Malherbe, del Consell General (socialistes) m’ha confirmat voler “veure’m per mirar si podem treballar junts” ! Segur que si CDC hagués tingut tots aquests contactes, hauria molt més comunicat que jo i la resta d’Unitat Catalana però jo hi veig possibilitats de treball i després veurem pels acords polítics.

Entendreu que de trobades a les quals es parla de possibilitats no crec que en calgui fer tot una sèrie de comunicats i, perdoneu estimats periodistes, afirmacions. Al menys, és el meu punt de vista.



El meu suport al candidat Bayrou (article précédent en français)

No faré la traducció de l’article en francès. No es tracta senzillament de dir la mateixa cosa a lectors diferents.

Dimecres 8 de febrer vam fer pública la creació del comitè de suport a François Bayrou. Formo part de les personalitats destacades en l’article de L’Indépendant “Des soutiens de poids pour François Bayrou”. És important entendre que no es tracta d’una adhesió al MoDem ni per mi, ni pels altres membres del comitè.

El meu recolzament a la candidatura del centrista francès Bayrou té dos aspectes :

Primer el fet d’haver creat un lligam de treball però també d’amistat amb la presidenta del MoDem 66, Christine Espert. Ara ens coneixem i sabem quins són els nostres valors. Els compartim i veiem que tenim la mateixa voluntat, el mateix compromís pel país, tot i que la nostra visió de territori tingui una aproximació diferent.

Segon, òbviament, en Bayrou mateix. Podem dir que és gràcies a ell (exagero poc) que l’escola d’immersió Arrels és pública. Té una aproximació dels territoris que, tot i ser francès, ens correspon molt més que els altres tres pricipals candidats. És l’únic qui té una consideració pel que vol el poble. No li vol -no ens vol- imposar la seva visió de les administracions, ens vol demanar què volem i després farà les reformes que cal, en funció de la voluntat popular i no d’una ideologia de l’ENA o d’una visió ultracentrista parisenca. És clar que la voluntat de la candidata Eva Joly de crear regions autònomes ens faria encara més avançar pel reconeixament de la nostra identitat, però ara ens cal parlar d’algú que pot ser elegit. Si no votem per ell, només ens quedarà l’Hollande o en Sarkozy (ja que la Le Pen mai passarà la 2na volta) i això en estancarà encara per 5 anys en el jacobinisme habitual.

Com a centrista, considero que no es pot tirar endavant qualsevol poble si no se’l dirigeix de manera transversal. L’esquerra anticapitalista fallarà tant com la dreta antisocial. Hem de treballar junts, els que no som sectaris, per a portar projectes comuns. Només en Bayrou està capaç de fer-ho.

Llavors, goso esperar que els que em segueixen i que m’han donat suport en els meus projectes, em faran confiança per aquesta tria. Compto amb vosaltres per a les reunions que organitzarem amb el comitè de suport al F. Bayrou. També us mantindrem informat per la seva vinguda a Catalunya Nord, que ens ha assegurat per les properes setmanes.

Enllaç web del MoDem66

Estadi de Catalunya – Stade de Catalogne

La nouvelle est tombée, Jean-Marc Pujol -initialement favorable à la construction d’un nouveau stade- se prononce finalement contre pour des raisons budgétaires. Dans l’Indépendant du 11 janvier on peut lire que “le budget, de 75 à 90 millions d’euros, est rédhibitoire”.

Mais alors plusieurs questions se posent et surtout de nombreuses réponses s’opposent.

Tout d’abord on va rapidement parler du passé. Cela fait des années que l’on dit qu’il faut arrêter de rénover Aimé Giral et Brutus et que les stades soient interchangeables. Certes il fallait faire un minimum mais était-il nécessaire de porter la capacité d’un stade à plus de 14 000 places sans parking, sans accès, sans développement commercial, urbain, etc., bref, sans cohérence ? Evidemment tout le monde est d’accord pour dire que c’est exagéré. On aurait pu arrêter la rénovation d’Aimé Giral à environ 10 000 places et rénover Brutus sans dépenser trop. Mais je n’insisterai pas sur le passé, le présent nous donne maintenant assez raison.

Maintenant voyons les objectifs : je milite depuis des années pour que nous ayons un stade (dans l’idéal “Estadi de Catalunya Nord”) d’au moins 32 500 places. Ce chiffre n’est pas du à de la mégalomanie ou à un rêve éveillé, il y a une raison : c’est le minimum requis pour les compétitions internationales. Et là, qu’apprends-je ? Que le projet en fait étudié portait sur une enceinte d’environ 21 000 places ! En gros, en dehors d’être d’accord sur la modularité type arena (ou zénith), l’objectif sportif du projet porterait sur un grand stade uniquement voué aux compétitions de l’USAP et surtout rien d’autre. L’objectif de ma proposition était plutôt de garder Brutus aux environs de 8 à 9 000 places, Aimé Giral à environ 10 000 et le grand stade modulable (et accessible tant aux Dragons qu’à l’USAP et à des compétitions internationales de foot, rugby ou autres) à 32 500 places. Alors on me dira que ça coûte cher. Ce “on” oublie une chose assez importante : le cofinancement. Pour l’Euro2016 par exemple, on aurait pu largement augmenter les participations autres que les collectivités locales. Mais c’est sûr que pour ça il faut voir plus large que l’USAP. D’autre part, pour les concerts et autres manifestations “Arena”, ce n’est pas parce que c’est à Perpinyà que ce serait dur à remplir. Quand Madonna fait un concert à Nice, elle ne regarde pas le nombre d’habitants qu’il y a, elle regarde son cachet. Il en va de même pour Bruce Springsteen, Shakira, Pink, U2 et toutes ces stars internationales. Alors qu’on ne me dise pas que la programmation ne tiendrait pas la route. Une arena avec gare TGV à proximité (et oui, il nous faut une gare TGV à Ribesaltes), un des principaux axes routiers européens, et un aéroport, qu’on ne me dise pas qu’elle ne peut pas rivaliser avec les autres grandes salles.

J’ai également eu l’énorme surprise de lire que le projet s’orientait sur le Mas Rouma…! Alors là, heureusement que j’étais assis. Je me demande si ceux qui travaillent ces projets vont sur site. J’habite à proximité du Mas Rouma et je peux vous assurer que c’est certainement un des pires endroits pour y mettre un stade ! Loin des infrastructures et constamment embouteillé ! L’idée que Jean-Paul Alduy, pourtant réticent à ce projet, avait évoqué il y a longtemps a disparue alors que Torremilla semble l’endroit idéal pour un stade et/ou un zénith.

Alors Monsieur Goze, si vous souhaitez présenter un projet alternatif (voir encart dans l’indép), s’il vous plaît, faites-le de manière cohérente en visant de le remplir avec un maximum d’événements et pas seulement les matches de l’USAP… et là on aura enfin des infrastructures à la hauteur de notre territoire, d’autant plus qu’il est en constante densification.

Le dépendant

Alors ça y est, l’Indép, le “journal d’ici” est menacé. Et quelle menace, puisqu’il s’agit de fermer des services et de supprimer des postes, pour l’instant non liés à la rédaction.
Du coup, tout le monde y va de son soutien. Droite, gauche, même les extrêmes, trouvant qu’on offense une tribune locale alors qu’il y a peu encore ils vomissaient ce média “dévoué à l’UMPS”.
Alors bien sûr, je soutiens moi aussi les employés de l’Indépendant. La différence avec ces hypocrites qui se montrent dès qu’ils y ont un intérêt, c’est que moi je n’en attends aucun retour et que je sais, pour y avoir quelques connaissances, à quel point il est dur de vivre dans l’attente d’un plan social.
Du coup, quand de nombreuses voix s’élèvent pour crier au scandale (comme si personne ne l’avait vu venir) moi, je ne cherche pas ma place aux côtés des députés et conseillers généraux nouvellement amis de la rédaction, non, je fais des propositions.
Je m’amuserais bien quand même à un petit “on vous l’avait dit, mais comme d’habitude vous ne nous avez pas écouté”. Et oui, car encore une fois, nous, les catalanistes, traités souvent comme des personnages rigolos et peu utiles, nous l’avions vu venir. L’impression du journal se faisait à Rivesaltes puis a déménagé à Montpellier sans choquer -quasiment- personne. Les différents rachats par des groupes plus ou moins lointains, idem. Mais surtout, la ligne éditoriale tellement loin parfois des réalités du territoire, ça… Encore une remarque catalaniste. On aurait pu croire que ce n’était qu’une préoccupation catalaniste si dans le même temps n’avait pas débarqué La Semaine du Roussillon et son orientation un peu plus catalane (bien que light, mais bon…) de même que le grand succès de La Clau.
Alors quand on voit qu’une manifestation de 1,5 millions de personnes à Barcelona n’attire quasiment pas l’intérêt du journal soit-disant catalan, forcément, on comprend que les lecteurs finissent par aller chercher l’information ailleurs.
Je ne veux évidemment pas dire que le plan social est de la faute de la rédaction, d’autant plus que l’Indépendant est resté une manne pour les différents groupes de presse. Néanmoins, un journal un peu plus tourné sur la réalité locale, catalano-française, serait beaucoup moins délocalisable et en plus, au passage, encore plus rentable.
Evidemment ils peuvent toujours compter sur ces politiques qui se servent de cette opportunité -quand ils n’achètent pas des quantités énormes d’espaces publicitaires- de montrer le plus grand soutien qu’il peuvent apporter.
Encore une fois, on laissera les rigolos de catalanistes parler sans y prêter intérêt et on préférera accueillir les grands pontes qui n’apportent aucune réponse… et on se contentera de l’image, puisque le monde en va ainsi…