La “democràcia” a la francesa

Article d’opinió publicat aquí a Racó Català

França sovint és símbol de democràcia a l’internacional, des de la declaració dels Drets Humans del 1789. El problema és que aquesta virtut li permet ser poc vertuosa en realitat. I a nosaltres -lluitadors per una justícia real- ens miren com traïdors del representant més pur de república democràtica. Només perquè gosem plantejar les possibilitats de millorar la democràcia francesa. Últim moment de vergonya que tinc com a “francès” : la reforma de l’elecció presidencial. Ara passem de 5 a 2 setmanes d’igualtat de temps de paraula pels candidats. En un Estat on tot és fet perquè només els partits polítics més importants puguin tenir representació electoral, l’únic moment en el qual es podia sentir altres veus és la presidencial, cada cinc anys. I ara, només durarà 2 setmanes en les quals sentirem el centre, l’esquerra alternativa, els verds, etc. ! Que l’extrema dreta no pateixi, ells sí que els sentirem encara comentant els atemptats i sobrecarregant com sempre la UE de tots els mals del món, tot i que tinguin gaire representació. Però el PS i els Republicans (ex UMP) poden témer que el Front Nacional arribi al poder. Perquè és precisament aquest sistema impedint-los tenir càrrecs importants, que els fa créixer. El dia que el FN tingui la majoria més absoluta possible -gràcies al sistema actual que permet tot i sent minoritaris tenir una àmplia majoria com el PS a Catalunya Nord- ells no tindran cap escrúpol a impedir tota expressió democràtica. I no se li podrà dir rés, atès que aquest sistema haurà estat institucionalitzat pels més democràtics del món lliure !
Que visquin el republicanisme i el democratisme, però que canvii la República malalta.

https://arthureveil.wordpress.com/2014/08/13/marianne-a-nos-politiciens-cest-vous-qui-me-rendez-malade/

dessin “ARTUREVEIL”



Comment faire monter le FN… par les groupes de “réflexion”

Depuis quelques mois, une multitude de “groupes de réflexion” se créent. Partant d’un constat simple : il faut exister pour les prochaines municipales. Car il faut arrêter avec la vertu à laquelle personne ne croit “je crée ce groupe pour améliorer le quotidien des perpignanais”. La réalité c’est que chacun veut se placer. Je ne distinguerai que 2 exceptions : une association qui a pour but de regrouper réellement les forces et les idées puisque le responsable n’est autre que celui qui va constituer la prochaine liste, donc point de rapport de force. Et un autre groupe, qui intègre différentes composantes politiques, de gauche comme de droite, donc forcément plus dans la proposition que dans le jeu politicien.

Sorti de ceux-là… nous voilà bien partis dans des guéguerres d’influences. Principal objectif : constituer des réseaux. On contacte des groupes comme par exemple les commerçants. Car oui, le mouvement de protestation des commerçants s’est amplifié et a dégénéré à cause justement de ceux qui prétendent leur apporter des solutions. Que s’est-il passé ? C’est très simple.

Un des problèmes facilement identifiable à Perpignan est la baisse de fréquentation de certains commerces. Notez bien que je dis “certains”. Car certains autres vont très bien! Une fois donc ce secteur identifié, on envoie des “spécialistes” : anciens commerçants, élus ou anciens élus, représentants syndicaux avec lesquels on a de bonnes relations, etc. Ces spécialistes, constitués en “commission”, démarchent alors un secteur en crise et, pour simplifier, dit : “ça ne va pas chez vous, hein ? Que voudriez-vous que la municipalité fasse ? Si les élus vous écoutaient, vous voudriez quoi ?”.

Et alors là, catastrophe totalement prévisible. Ca ne va pas… bin non ça ne va pas ! Le secteur marchand est bien identifié comme un secteur en crise donc forcément…! Demander que la municipalité fasse quelque chose est la première phase du jeu du FN. On identifie un tiers comme responsable. Enfin, on conclue sur un bon ton en disant que nous on écoute les commerçants et que grâce à nous les élus vont les écouter. On se donne de l’importance dans les deux sens. Sauf que le commerçant se dit qu’en fait la municipalité n’écoute pas et du coup votera plus extrême.

Bien sûr, ce raisonnement peut paraître simpliste et beaucoup n’y croiront sûrement pas. Mais prenons l’exemple des commerçants et les solutions apportées. Je ne m’étalerai pas sur Clémenceau à double sens qui semble être vu comme le Graal par les commerçants et qui -j’en suis sûr- ne leur changera rien du tout. JM Pujol, désireux d’accéder à leur requête, l’a mis en phase de test. Nous verrons bien. En revanche, l’heure de parking gratuit qui est une bonne idée (cofinancée par Mairie-Commerçant-CCI) n’a pas à être une initiative de la mairie. Et pourtant, les groupes de réflexions le laissent entendre. Partout ailleurs c’est la CCI l’instigateur mais ici il faudrait que ce soit la mairie. Cela cristallise donc un sentiment d’inaction du maire quand c’est en réalité la CCI et les commerçants eux-mêmes qui devraient agir.

Transposons : les cités. Une des raisons du vote FN dans les zones rurales n’est certainement pas l’insécurité et la hausse de l’immigration ! Mais à force de dire (à la télé notamment) “Problèmes dans les cités / Cités = immigration / L’Etat est impuissant” la conclusion est simple : vote extrême.

Alors merci aux groupes de réflexion de réfléchir aux conséquences de leurs actes et aux constitutions de commissions. Car ce n’est pas en pointant du doigt ce qui ne va pas et en amplifiant les maux qu’on les soigne. Et quand chacun aura sa belle place en haut de la liste, il sera bien trop tard pour pleurer depuis les bancs de l’opposition face à un FN qui, au-delà de n’apporter aucune solution, sera particulièrement néfaste pour justement tous ces secteurs tant travaillés avant les élections.

Oui le commerce perpignanais va mal, oui les cités sont un vrai problème, mais des solutions existent sans potentialiser la haine.



Oriol Junqueras primer president de la Catalunya independent ?

En 3 anys, els vots i intencions de vots canvien molt. Aquest estudi té en compte les últimes dades de la Generalitat quant a les eleccions i les intencions de vots segons l’últim sondeig del CEO, publicat dijous. La voluntat independentista, tenint en compte el fet que els vots en blanc no compten, es tradueix amb uns 67-70% de vots a favor de la independència i doncs uns 30-33% en contra.

Com es veu aquí, l’any 2010 CiU tenia 62 diputats. Des de l’any 2012 en té 50 elegits, per arribar avui a només 41 en intencions de vots. Una caiguda espectacular, deguda tant a la falta de coherència respecte a l’independentisme desitjat pel poble com a la renovació d’ERC amb l’Oriol Junqueras que sap encapçalar el moviment històric de l’independentisme.

vots parlament

Es veu aquí a sota que el canvi de majoria només és una qüestió de temps vist que la població es situa més aviat a l’esquerra que no pas a dreta. Llavors significa que molts d’esquerra han votat per CiU durant anys segurament en motiu d’una valoració bastant negativa de l’acció independentista d’ERC (sobretot mentre governava amb el tripartit) i una valoració evidentment positiva del nacionalisme de CiU, tot i que l’independentisme hi sigui molt relatiu.

posicionament esq-dreta

valoracio liders

Per acabar, aquí veiem la valoració positiva que es fa del líder d’ERC.

Molt lògicament, tenint en compte la sensibilitat “esquerra” de l’electorat, la voluntat independentista molt majoritària i aquesta valoració positiva del líder d’ERC, no es necessita ser vident per deduir-ne qui serà el primer president de la Catalunya Independent… A més, no oblidem d’una banda els problemes de CiU amb la justícia i d’altra banda el fet que sigui gràcies al pacte amb ERC que Catalunya celebrarà el referèndum d’autodeterminació el 2014.



Contre le clanisme, pour une nouvelle dynamique

Au lendemain du second tour des législatives, je tenais à réagir. Tout d’abord, je constate que le tourisme politique fonctionne à peu près aussi bien que le tourisme de masse sur la côte. Des personnalités -qui n’en sont que parce qu’elles appartiennent à un clan- se mettent à la politique locale après avoir passé quelques saisons touristiques dans le département. Suivant leur fidélité au gourou, ils/elles obtiennent l’investiture pour une élection et quels que soient leurs convictions ou leur engagement, profitent d’une dynamique. Cette fois c’était une vague rose, à d’autres moments une vague bleue.
Il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de dénoncer ce clanisme et ce clientélisme qui sclérosent la politique locale. Notre territoire est divisé en clans depuis bien trop longtemps. C’est pourquoi il est de mon devoir d’affirmer mon positionnement, qui est évidemment aussi celui d’Unitat Catalana : centristes, nous nous opposerons à toute forme de clanisme ou clientélisme, qu’il s’agisse de celui du récent vainqueur Christian Bourquin ou de tout autre qui se croirait propriétaire d’une collectivité.
Le sens de mon engagement réside dans la dynamique que je souhaite donner à mon territoire. Cette dynamique est impossible dans le système actuel. Je serai de ceux qui le combattront et qui seront une opposition franche afin de porter une rupture avec ce qui empêche notre pays catalan d’aller de l’avant.

Nos propositions “langue et territoires” (bilingue)

Voici les projets que nous portons avec Christine Espert (candidate MoDem-Unitat Catalana sur la 1ère circo) concernant notre territoire et notre langue. Vous retrouverez d’autres projets sur le site de campagne www.christineespert2012.fr

Reconnaissance de la langue catalane et de toutes les langues endémiques de France au travers de l’application de la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires. Pour cela je proposerai une modification de la Constitution pour qu’il n’y ait plus d’obstacle institutionnel.

Reconeixement de la llengua catalana i de totes les llengües endèmiques de França a través de l’aplicació de la Carta Europea de les llengües regionals o minoritàries. Per això, proposaré una modificació de la Constitució per que no hi hagi més obstacle institucional.


Création d’un label Produit Catalan. Le principe de Sud de France est un bon projet mais ne nous correspond pas. Il nous noie dans un ensemble dans lequel nous sommes en concurrence et qui n’est pas porteur. Un label Produit Catalan ferait rayonner notre territoire et permettrait de mettre en avant la production locale, dans le respect des règles du commerce équitable.

Creació d’un label Producte Català. El principi Sud de France no ens correspon. Ens nega dins d’un conjount en el qual estem en competència. Un label Producte Català posaria en relleu la producció local, en el respecte de les regles del comerç just.


Je redonnerai l’importance qu’ils méritent aux départements. La fuite des centres de décisions tant publics que privés sur la capitale régionale nous ont affaiblis. Les décisions quant à l’investissement et au soutien de l’économie locale ne peuvent se prendre qu’au niveau local. Je combattrais le centralisme parisien comme montpellierain, imposés par des années de jacobinisme dont l’UMP et le PS sont les garants.

Tornaré la importància que mereixen als departaments. La fuita dels centres de decisions tant públics com privats a la capital regional ens han afeblit. Les decisions quant a l’inversió i al suport de l’economia local només es poden prendre a nivell local. Combatré el centralisme parisenc com el montpellerí, imposats per molts anys de jacobinisme, dels quals la UMP i el PS n’estan dels garants.

Je relancerai l’Eurodistricte. Ce grand projet est aujourd’hui quasiment au point mort. Je ferai aboutir les projets y afférents afin que notre frontière ne soit plus un handicap mais un atout. Nous serons alors complémentaires de la zone Girona-Figueres au lieu d’être en concurrence comme aujourd’hui. Entre autres projets, l’Eurodistricte diminuera les coûts des télécommunications, améliorera la relation entre les aéroports et garantira le développement de Perpignan-Rivesaltes, facilitera l’emploi transfrontalier, etc.

Reactivaré l’Eurodistricte. Aquest gran projecte és avui dia gairebé en punt mort. Lideraré projectes relacionats amb la nostra frontera perquè ja no sigui més un desavantatge sinó un avantatge. Aleshores, serem una àrea addicional de Girona-Figueres en lloc de competir com ara. Entre altres projectes, l’Eurodistricte reduirà els costos de les telecomunicacions, millorarà la relació entre els aeroports i garantirà el desenvolupament de Perpinyà-Ribesaltes, facilitarà l’ocupació transfronterera, etc.


Autour de mes propositions pour l’emploi, notamment la déclinaison agriculture, je ferai de Perpignan un centre et plus une périphérie (Toulouse-Montpellier-Barcelona) pour accueillir des congrés et de la recherche; Nous avons déjà les infrastructures, il ne manque que le soutien et la dynamique publique.

Al voltant de les meves propostes per a l’ocupació, incloent la declinació agricultura, faré de Perpinyà un centre i no perifèria (Tolosa-Montpeller-Barcelona) per a acollir congressos i investigació. Ja tenim les infraestructures, només falta suport i dinàmica públics.

enseignement de la langue et de la culture catalanes disponibles dans tous les établissements scolaires. Possibilité de prendre le catalan en LV1, amélioration de l’offre bilingue.

Ensenyament de la llengua i la cultura catalanes disponibles en tots els establiments escolars. Possibilitat de prendre el català com a LV1 i millora de l’oferta bilingüe.

Elections législatives (français-català)

Français :

J’ai donc décidé, soutenu par Unitat Catalana, de m’engager aux côtés de Christine Espert (MoDem) sur la 1ère circonscription pour les élections législatives du 10 et 17 juin.

Nous porterons, dans un esprit de dynamisme et de sincérité, la seule candidature centriste et catalane.

Je vous ferai part ces prochains jours de nos thèmes de campagne.

Català :

He decidit, amb el suport d’Unitat Catalana, de portar una candidatura com a suplent de la Christine Espert (MoDem) a la 1era circumscripció per les legislatives dels 10 i 17 de juny.

Amb un esperit de dinamisme i sinceritat, portarem l’única candidatura centrista i catalana.

Aviat comunicarem els nostres temes de campanya.

Soutien à François Bayrou (article següent en català)

Voici donc un peu plus d’explications sur mon soutien à François Bayrou.

Depuis l’article paru dans L’Indépendant du mercredi 8 février intitulé “Des soutiens de poids pour François Bayrou”, beaucoup d’entre vous se demandent pourquoi quelques personnalités de Catalogne Nord s’impliquent dans une campagne pour laquelle nous n’aurons que peu de poids au regard du nombre d’électeurs. J’ai également été interpellé sur une éventuelle adhésion au MoDem.

Tout d’abord il est important de comprendre que cet engagement aux côtés de la présidente du MoDem 66 -Christine Espert- est un engagement personnel, que ce soit pour moi ou pour les autres “personnalités”. Il ne s’agit aucunement d’un rapprochement de partis ni d’une quelconque adhésion.

En ce qui me concerne, cela fait environ un an maintenant que je connais et côtoie Christine. Je suis son travail, son engagement et parfois même ses réunions pour lesquelles sa motivation est sans faille. Elle même suit également mon engagement et nous avons établis une relation de confiance et, pourquoi pas le dire, d’amitié. Tous ceux qui me connaissent savent d’ores et déjà que je suis un centriste convaincu. Pour moi le développement d’un peuple, que l’on parle d’échelle locale ou supra-nationale, ne se fait dans de bonnes conditions que dans le respect de la représentativité la plus large et sans négliger chaque pan du développement. Je m’explique plus simplement : la gauche qui est anticapitaliste n’a pas plus de chance de diriger correctement un peuple que la droite antisociale. Et qui rassemble toutes ces qualités ? les centristes. Donc mon “centrisme” n’est que pure logique. C’est d’ailleurs une des principales raisons de mon engagement à Unitat Catalana. En dehors du fait d’être le seul parti local, c’est surtout un parti centriste, ouvert, capable de travailler avec la gauche comme avec la droite, pourvu que l’un comme l’autre ne soit pas sectaire. Au-delà de nous retrouver sur l’idéologie centriste -évidemment ça ne fait pas tout- Bayrou est connu pour sa volonté de reconnaissance des territoires. Il est d’ailleurs le seul des 4 principaux candidats à prôner le maintien des limites administratives telles notre département. Le Pen veut tout supprimer (département et régions), Sarkozy veut supprimer les départements et Hollande veut modifier la réforme prévue mais uniquement pour maintenir le nombre d’élus (normal, ils sont majoritairement au PS). Alors que F. Bayrou est dans une optique de discussion avec les territoires afin que nous ayons les limites (voire certaines compétences) que nous souhaitons. Dans la logique qu’il a mise en place lors de ses mandats de ministre, il souhaite discuter avec le peuple et pas lui imposer ses idées. Je note d’ailleurs que c’est le seul des 4 à avoir “vraiment” travaillé. Les autres sortent de grandes écoles, sont de richissimes familles, n’ont jamais eu de contact avec ce que nous, nous vivons. C’est bien pour cela, à mon avis, que le candidat centriste est beaucoup plus enclin à comprendre qu’il faut travailler avec le peuple et non pas sur le dos du peuple. C’est d’ailleurs le sens de sa désormais fameuse formule : “produire en France”. Nous souffrons d’un manque d’industrie en Catalogne Nord. Si sa politique du “produire et acheter local” avait été mise en place, nous pouvons être sûrs que nous ne serions pas ce qu’ont fait de nous le PS et l’UMP  le 3ème département français le plus pauvre et la région la plus pauvre.

C’est donc tout naturellement que les orientations de Bayrou, la détermination de Ch. Espert et nos idées communes m’ont fait adhérer à ce comité de soutien.

J’ose croire que les nombreux catalans qui me font confiance dans mon engagement militant au quotidien, me feront confiance pour ce choix. Nous travaillerons avec les autres membres du comité à diffuser les idées de F. Bayrou afin de faire comprendre au plus grand nombre possible que seule son élection peut changer la France, et donc la Catalogne. Je ne prendrai qu’un exemple : Arrels. L’école est devenue publique lors du mandat de ministre de Bayrou. Il faut comprendre que, bien que ça ne changera pas le futur immédiat de la Catalogne, son élection nous ferait faire un grand pas. Tous nos combats pour la reconnaissance de notre langue, de notre territoire, de notre culture, avanceraient énormément. Alors bien sûr, Eva Joly souhaiterait aller encore plus loin en instaurant des autonomies régionales en France. Ce serait super mais non seulement on est aujourd’hui sûrs qu’elle ne sera pas élue, mais en plus je ne crois pas que les idées défendues par EELV nous sortent de la crise.

J’espère que vous comprenez maintenant mieux mon engagement et j’espère vous avoir à nos côtés dans cette rude campagne, notamment lors des réunions que nous organiserons.

J’ajoute que François Bayrou nous a assuré qu’il viendra à Perpignan dans les prochaines semaines. Nous ne manquerons évidemment pas de vous tenir informés.

Lien web du MoDem66

Soutien / recolzament a la candidatura d’en François Bayrou

FR
De nombreuses raisons m’amènent à soutenir François Bayrou. Je tiens notamment à rappeler ses principes de démocratie et d’équité qui sont le fondement de tout peuple. Seul un candidat honnête et déterminé peut faire avancer les thèmes qui nous sont chers, et pour ce qui nous concerne -me concerne- tout particulièrement la reconnaissance et le respect des territoires qui composent la France. Je crois aux projets qu’il porte : le retour de la production locale, l’amélioration du système éducatif, la reconnaissance des territoires tels la Catalogne Nord, …
Ce soutien, aux cotés de Christine Espert est tout aussi réfléchi que construit. François Bayrou est le seul candidat crédible pour les catalans et pour la France alors avançons à ses côtés pour changer le système en place, à ce jour sclérosé.
Je publierai très bientôt plus d’explications sur cette décision.

CAT
Nombroses raons em porten a recolzar en François Bayrou. Vull insistir sobre els seus principis de democràcia i equitat que són el fonament de tot poble. Sol un candidat honest i determinat pot fer avançar temes que són tant importants per a nosaltres, i pel que ens concerneix -em concerneix- tot particularment el reconeixement i el respecte dels territoris que componen França. Crec en els projectes que porta : el retorn de la producció local, la millora del sistema educatiu, el reconeixement dels territoris com Catalunya Nord, …
Aquest recolzament, al costat de la Christine Espert és tant pensat com construït. François Bayrou és l’únic candidat creïble pels catalans, llavors avancem a costats seus per a canviar el sistema actual, avui en dia estancat.

Molt aviat publicaré més explicacions…
Lien du comité de soutien Catalogne Nord

Comment Marine Le Pen se victimise grâce au “système”

Dans la droite lignée de son père, Marine Le Pen se victimise, se disant la proie du “système” qui ferait tout pour ne pas qu’elle ait ses 500 signatures. Or dans cet article paru dans Le Monde on y voit qu’elle joue un double jeu. Je vous invite donc à cliquer et à comprendre comment en faisant cela elle prépare les législatives, notamment celle de son conjoint. Car oui, elle se dit victime du système mais quand c’est son système à elle, tout va bien. Le père qui place sa fille qui elle-même place son mari. Et voilà, les 3 principaux responsables du mouvement sont de la même famille. Et quand on voit qu’elle critique ce que Sarkozy a essayé de faire (c’était nul, évidemment) avec son fils à l’EPAD, on comprend son fonctionnement : elle verouille tout mais dénonce que les autres fassent pareil. Du populisme à l’état pur… Elle dénonce les abus de revenus publics notamment d’élus mais elle-même, tout comme son mari et son père, sont les premiers à profiter de cumuls au parlement européen (alors qu’elle est contre l’Europe mais bon, y’a des $ous), à la région et en mairie…

Alors dénonçons, victimisons, de toutes façons, les français sont trop cons…! Tiens, ça rime, peut-etre en fera-t’elle une chanson de campagne…

Dernière remarque à ceux qui, malgré cela, seraient tentés. Il est évident que si elle arrive au second tour, elle ne passera pas. Le Front National n’aura pas autant de voix que l’un ou l’autre des 3 candidats crédibles (Holande, Bayrou, Sarkozy) et au second tour elle se retrouverait contre ce qui est appelé un front républicain (tout sauf le FN). Donc on est sûr qu’elle ne sera pas élue. Arrêtons d’en faire un foin ! Ce qui veut dire que voter pour elle c’est à coups sûrs élire celui qui sera contre elle. Si ce n’est Hollande ou Sarkozy (les deux garants du “système”), ce sera Bayrou. Alors à vous de choisir dès le premier tour, finalement, qui vous voulez retrouver au deuxième… Soit un des trois et dans ce cas, il vaut mieux voter pour lui dès le premier tour, soit elle en sachant que vous rendrez extrêmement facile, comme en 2002 avec Chirac, l’élection de son “concurrent”.

Lien Le Monde : http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/02/03/le-chantage-democratique-de-marine-le-pen_1638526_3232.html

Je respecte évidemment ceux qui font au autre choix que ceux que j’ai cité ci-dessus. Il y a de nombreux autres candidats mais ceux-là n’ont quasiment aucune chance d’être élus, contrairement aux 4 précités.

Sobre les eleccions espanyoles (uniquement en catalan)

Perquè penso que cal anar a les eleccions espanyoles ?

Primer perquè la comunitat autònoma de Catalunya forma part d’Espanya i que quan un partit existeix i vol existir, és el seu deure de presentar-se a les eleccions. Aquesta opinió segurament no necessita més explicacions, només una precisió : entenc perfectament que, com Unitat Catalana a Catalunya Nord, un partit no tingui sempre la possibilitat de presentar algú per raons financeres, de persones o fins i tot de tàctica, per exemple donant suport a un altre, a condició d’una mutualitat futur.

La segona raó és perquè només al si del sistema s’hi pot lluitar. No es pot decidir quedar-se a casa i criticar el sistema (que les mereix amplament) sense intentar canviar-lo. Fem el paral.lel amb Catalunya Nord : Aquí malauradament els nord-catalans voten molt poc català. Malgrat això, sempre Unitat Catalana ha presentat algú a les eleccions franceses. Per una raó senzilla : hem d’existir. Tot i tenint molt poques possibilitats de ser elegits (per no dir cap), sempre el partit ha fet sentir la seva veu. Hi ha quatre diputats, tots de partits francesos molt parisencs. D’aquí a un any tornarem a tenir eleccions legislatives. No em plantejo de saber si hi hem de presentar com a mínim un candidat, la resposta és clarament que sí. Però la bona qüestió és de saber si és la bona estratègia a nivell de persona, de tàctica i de finances (atès que, a França, el sistema complica molt la vida dels partits locals). Pel que fa a la CCAA del Principat de Catalunya, no entendria com es podria escollir de no presentar algú a les eleccions espanyoles. Un problema de persona ? no pot ser amb tanta gent valent i de gran valor que hi ha, no pot ser. Un problema de tàctica ? Potser però caldrà explicar perquè no hi ha una mena de coalició, de força catalana, per “fer pinya”, “plantar cara” a Espanya. Un problema financer ? el tema sempre s’amaga però a vegades l’única resposta que s’accepta, vist que per aquesta campanya electoral, sembli poc lògic estalviar uns diners i al mateix temps estalviar visibilitat.

Per fer-ho més senzill, crec que a totes les eleccions hi cal anar. No ser a una cambra és deixar-li via lliure per mocions contra les nostres cultura, llengua i identitat. No aconseguir un escó és una cosa, abandonar-lo abans d’intentar és una altra.