La police espagnole renforcera la frontière avec la France pour le sommet de la BCE

Article en français. Català aquí (font diari l’Ara)

Afin d’éviter l’entrée sur le territoire espagnol de manifestants antisystème, l’Espagne suspendra pour quelques jours l’accord de Shengen sur la libre circulation, pour le sommet de la Banque Centrale Européenne (BCE) qui aura lieu le 3 mai prochain à Barcelona.

Selon le ministère de l’intérieur, la mesure n’affectera que la frontière franco-espagnole “du Pays Basque à la Catalogne” (comme si les autres n’étaient pas dangereuses… hum hum…). Le ministère n’a pas encore dit combien de jours les frontières seraient rétablies et précise que cela dépendra de l’afluence d’activistes antisystèmes. Donc si vous l’êtes, soyez gentil, dites-leur, qu’ils puissent prévoir…

Depuis 1985, l’accord de Shegen a été provisoirement interrompu lors de la célébration de grands événements tels les mariages royaux, les rendez-vous sportifs ou encore les sommets internationaux.



Assez de péages ! Prou peatges !

Il y a quelques jours, un catalan (du sud) a décidé de concrétiser “l’indignation fiscale” qui s’emplifie depuis des années et surtout depuis la crise. Cette indignation vient du fait que chaque année la Communauté Autonome de Catalogne verse en impots et différentes taxes plus de 22 milliards d’euros qui ne reviennent pas en investissement. Voici le lien en catalan d’une fondation dédiée à la mise à jour de ce qu’ils appellent la spoliation fiscale. Les évidences ne manquent pas alors voici seulement quelques exemples : développement extremement important de Madrid au mépris de la nécessité de développement de Barcelona, blocage du développement de l’aéroport d’El Prat (BCN) au profit de Barajas (Madrid), retard du TGV catalan et lobbying pour valoriser un axe central espagnol, mais aussi construction de milliers de kilomètres d’autoroutes gratuites dans le reste de l’Espagne et manque de rénovation et amélioration pour les autoroutes pourtant payantes en Catalogne. Et c’est ce dernier exemple qui a inspiré J. Casadellà. Dans sa vidéo (AP-7 no vull pagar) sur fond d’Els Segadors (hymne national de la Catalogne) il montre comment il convainc un employé de l’autoroute qu’il ne paiera pas le péage car il en a marre de payer pour les autres. Et ça marche ! Alors évidemment, ça ne peut pas marcher à tous les coups. Néanmoins, certains ont profité de cette démonstration courageuse pour faire une petite recherche et, lois à l’appui, appuyer cette initiative. Il est en effet interdit à quiconque ne représentant pas une autorité policière de retenir quelqu’un. De plus, payer un péage ne serait contraint ni par le code pénal ni l’administratif. Je suppose qu’il s’agit plus de commerce, mais quoi qu’il en soit, on ne peut pas vous retenir.

Alors à l’heure où j’écris cet article, ce n’est pas un anonyme mais le député au parlement catalan Uriel Bertran Arrué (Solidaritat Catalana) qui vient de se faire bloquer au péage pour avoir refusé de payer. Voici son Twit :

Uriel Bertran al peatge

Jusqu’où ça ira, personne ne peut le prévoir. Ce qui est sûr, c’est que je participerai à ce mouvement si je dois prendre l’autoroute menant à Barcelona car il ne s’agit pas de vol mais plutôt d’empêcher le vol des catalans par l’Etat espagnol.

Lien d’un article en catalan à ce sujet.

Voici l’expérience d’Uriel Bertran :

L’Uriel Bertran Arrué
La meva experiència #novullpagar d’aquest matí:

– Arribo al peatge de Vilassar de Mar.
– Li dic al cobrador: “no vull pagar”, “des del 2004 aquesta autopista havia de ser gratuïta”.
– El cobrador no respon els arguments i em diu que ha de trucar a l’encarregat i ho fa.
– Després de la trucada, m’apunta la matrícula.
– Tot seguit obre la tanca però el semàfor continua en vermell.
– Li dic que no vull cometre una infracció i que el posi en verd.
– Em diu el cobrador que no ho farà, vol que cometi una infracció. Posa uns cons darrere el cotxe i quedo retingut.
– Truco als Mossos d’Esquadra i denuncio retenció il·legal i que volen que cometi una infracció.
– Minuts després Abertis decideix posar el semàfor en verd i passo sense problema
– SEMPRE DEMANEU QUE POSIN EL SEMÀFOR EN VERD I DENUNCIEU RETENCIÓ IL·LEGAL ALS MOSSOS D’ESQUADRA SI NO HO FAN.
– Després de les reunions que tinc a Mataró i a Granollers passaré pel peatge de la Roca. Ja us ho explicaré.

Il a donc réussi à passer le péage en appelant les Mossos et en disant qu’il était retenu illégalement. Il a demandé à ce que le feu soit mis en vert et cela a été fait ! Il n’a donc commis aucune infraction. Endavant !



Forages de Shell en Arctique

Il y a peu, j’ai participé à une campagne menée par Greenpeace contre les forages de Shell en Arctique. Au-delà d’une politique énergétique mondiale à revoir -ça ne se résoudra pas en deux jours- je considère qu’il est particulièrement dangereux de forer dans des endroits préservés et dans des conditions extrêmes alors même qu’on a une multiplicité de catastrophes liées à ce genre d’exploitations (pétrole au golfe du Mexique, gaz en mer du Nord, nucléaire à Fukushima, …). Voici la réponse (en anglais) de Shell :

Thank you for contacting us on this important issue.  We know many people around the world are concerned about the Arctic.

But affordable energy is vital for everyone and at present hydrocarbons are the only way to produce this energy in sufficient quantity.

The Arctic contains vast resources of oil and natural gas that could help to meet rising global energy demand.

Shell has operated in Arctic and subarctic conditions for decades, giving us the technical experience and know-how to explore for and produce oil and gas in a responsible way.

We are using advanced technology to limit our impact on the environment, strengthen our ability to respond to oil spills, and make operating in ice safer. We work to build strong relationships with local communities. We learn from them and at the same time work to address their concerns and help them share the benefits of developing energy resources.

We know too that specific challenges in the Arctic require comprehensive science research programmes.

Thank you again for emailing and please continue to be interested in the Arctic because in the complexity of the debate on climate change and ecosystem protection the more people who are interested the better.

Phil Dyer – Communication Manager – Arctic – Shell International Exploration and Production B.V.

Donc en gros ils seraient carément d’accord avec les combats écologiques et contents qu’on s’inquiète (sic) mais sûrs de leurs progrès technologiques. Bon, je pense qu’il n’est même pas nécessaire de s’étaler sur la sincérité des termes qu’ils emploient, il suffit de voir que celui qui a été chargé de répondre n’est pas un responsable de développement mais un chargé de com. On n’en attendait pas mieux, évidemment, de la part de ce genre de compagnie mais je vous invite tout de même à rejoindre le mouvement. Je suis d’ailleurs adhérent à Greenpeace car leur activisme fait honneur à tous ces humains que nous sommes, inquiets pour notre planète plus que pour nos multinationales.



C. Ripoull : l’opposante… pas opposée.

J’ai toujours du respect pour les personnes engagées, que je partage ou non leur opinion. Je respecte donc Mme Ripoull pour son engagement (ça c’est incontestable) bien que je trouve parfois qu’il se rapproche de l’acharnement tant la communication entre elle et la majorité semble difficile. Pour situer un petit peu nos relations, sachez que c’est quelqu’un que j’ai peu vu car son engagement tant en politique comme -encore plus- dans la catalanité est sommes toutes récent. D’autre part, après avoir quitté le MoDem pour des discordances qui ne regardent qu’elle (et eux) Mme Ripoull a fait le choix de rejoindre CDC qui, comme chacun sait, est opposé à Unitat Catalana à Perpinyà. Contrairement à beaucoup, je la savais déjà intéressée par les thèmes catalans car elle avait soutenu ma démarche consistant à demander la reconnaissance du territoire nord-catalan à travers la création d’une région. Voilà pour le contexte.

J’en viens aux événements récents. Comme je le soulignais plus haut, Mme Ripoull s’est distinguée par son opposition souvent virulente à la gestion municipale de ces dernières années. Cette interview dans l’Indépendant le rappelle clairement. Voici un extrait :

L’Indépendant : Vous réagissez souvent sur des questions touchant au budget de la ville…

Réponse : J’estime que l’opposition doit avoir un rôle de proposition, mais aussi de dénonciation. L’utilisation des finances publiques doit être faite dans l’intérêt général. Par exemple, pourquoi la ville rachèterait-elle le mess des officiers ? Pour aider l’Etat à s’installer au Centre del món ? Je ne suis pas d’accord, alors que les finances de Perpignan ne sont pas en bonne santé.

Alros vous me direz que tout ceci est cohérent. Oui, sauf que -renseignements pris auprès de la municipalité- Mme Ripoull n’a pas voté contre le budget primitif mais s’est abstenue. Et oui, malgré tout le mal qu’elle pense de la gestion de J-M Pujol (maire depuis les dernières élections mais adjoint aux finances depuis des années) Clotilde Ripoull s’est abstenue. Elle était absente (chose exceptionnelle pour elle) du conseil municipal mais avait donné procuration à son allié Jordi Vera qui, lors d’une pirouette dont lui seul a le secret (dixit la journaliste de l’Indépendant), a reconnu les “efforts” consentis par la municipalité pour assainir les finances. Dans ce même article on peut lire une petite déclaration qui, dans le contexte que j’écris devient très ironique :  Ils ont voté le budget, ils ont pris leurs responsabilités.

Cette magie est peut-être due au pacte récemment rendu public (pas encore finalisé mais c’est tout comme) entre l’UMP et CDC, qui va faire entrer dans la liste UMP de 2014 des membres du parti de Jordi Vera. Alors attention, je vous annonce une révélation divinatoire… : l’année prochaine Mme Ripoull, fervante opposante, votera comme el Senyor Vera le budget en disant -quel qu’il soit- que celui-ci est vraiment meilleur que les précédents !

Afin de comprendre les vraies raisons de cette abstention, j’ai contacté Mme Ripoull qui n’a pas donné suite à ma demande d’entretien.

Le nouveau SCOT au nord se lance

Je l’annonçais dans ce blog le 3 avril. Les difficultés de coordination au sein du SCOT Plaine du Roussillon ont provoqué la création d’un nouveau SCOT au nord. Cela est possible car la communauté de commune Salanque-Méditerranée peut créer son propre schéma territorial. Alors c’est parti..

De là à imaginer que tous ceux de la zone qui ont des problèmes dans Plaine du Roussillon rejoignent ce nouveau SCOT, il n’y a qu’un pas. Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas imaginer la sortie de Ribesaltes de l’Agglo pour intégrer la CC Salanque-Méd. ?

Table ronde LGBT

Aujourd’hui a lieu une table ronde organisée par l’association LGBT66 (lesbiennes, gays, bi, trans). Pour cet événement, l’organisation a convié tous les partis, dont évidemment Unitat Catalana. Je ne peux malheureusement m’y rendre, je m’y fais donc représenter. Seront également présents de nombreux médias et associations. Afin de préparer les interventions, LGBT66 a transmis les questions aux participants. Cela permettra également de publier des réponses écrites plutôt qu’une retranscription du débat qui, c’est vrai, peut parfois être maladroite.

Voici donc les questions et mes réponses :

Table ronde avec les Partis Politiques des Pyrénées-Orientales
sur l’égalité des Droits des personnes LGBT
Samedi 14 avril 2012 de 15 h à 17 h.
Villa DUFLOT

Réponse de Brice Lafontaine, Secrétaire Général d’Unitat Catalana.

Je considère qu’il faut en finir avec “l’anormalité” dans laquelle se trouvent en permanence les LGBT. La Déclaration des Droits de l’Homme établit que “tous les hommes naissent libres et égaux en droits”. D’autre part, selon la Constitution, il ne peut y avoir de distinction entre humains. Et pourtant de nos jours cette distinction existe bel et bien en fonction de ce qui est vulgairement appelé l’orientation sexuelle. Nombreux sont celles et ceux qui pensent que cette “orientation” est un choix ou même un loisir, comme nous l’avons encore entendu il y a peu de la part d’un député (peut-être se livre-t’il lui-même à ce genre de “loisirs”…).
D’ailleurs, lorsqu’un mariage homosexuel a été célébré en Catalogne Nord (à Cabestany), j’ai soutenu l’initiative publiquement (lien vers l’article publié sur mon blog). Il me semble d’ailleurs avoir été le seul représentant politique à l’avoir fait.
Il y a eu un temps pour la normalité des gens de couleur, un temps pour les femmes, aujourd’hui est venu le temps d’abolir la distinction de sexualité.

1. Êtes vous favorables à une union civile entre personnes de même sexe et ouvrant les mêmes droits que le mariage (transmission de patrimoine, des acquis, des retraites et pensions..)? L’appelleriez-vous mariage ? Si non quel nom vous semble le plus approprié ?
Oui bien sûr. Je réfute l’attribution d’un autre terme que pour les hétérosexuels car cela reviendrait à octroyer des droits aux homo tout en les considérant toujours comme “anormaux”. Je pars du principe que nous sommes tous pareil. Le mariage est une union reconnue par la loi qui ouvre des droits mais oblige aussi à certains devoirs. Etant un terme légal et dans cette même logique de normalité, je considère que le terme mariage doit s’appliquer à tout le monde.

2. Quelles est votre position concernant l’adoption par les couples de même sexe ? Pour quelles raisons ? L’adoption par des personnes célibataires ne discrimine pas l’orientation sexuelle mais la réalité des adoptions oui. Quelle solution envisager vous pour combler ce déni de droit ?
Ceux qui pensent qu’en refusant d’accorder l’adoption aux homosexuels on empêche ces couples d’être parents se trompent totalement. Outre les femmes qui peuvent se faire inséminer, il y a également des accords entre homo pour avoir des enfants, ceux qui en avaient avant d’être en couple homo, ceux qui adoptent officiellement célibataires mais qui vivent en réalité avec quelqu’un, … Il y a donc diverses possibilités aujourd’hui pour les homosexuels d’avoir des enfants mais toujours dans la contrainte légale. Le problème se pose surtout pour la reconnaissance et les conséquences de cette reconnaissances dans la vie et, malheureusement, après la vie. Actuellement, le beau-parent non reconnu se retrouve dans un véritable enfer lorsque le père ou la mère “officiel-le” décède. Il en va de même pour les démarches administratives courantes ou le suivi scolaire et médical. Or, peut-on dire que ce beau-parent est moins parent qu’un autre ?
Il faut donc légaliser l’adoption pour les couples homosexuels. Ce n’est que la reconnaissance de ce qui existe déjà mais cela soulagera énormément de familles et, j’en suis sûr, libérera un peu plus les esprits de ce conservatisme d’un autre siècle.

3. Souhaitez-vous instaurer un statut du « beau-parent », avec obtention d’une partie de l’autorité parentale, pour tous les couples, y compris les couples de même sexe opposable à des tiers ?
Suivant ma réponse précédente, il est évident que pour moi un couple homo doit avoir les mêmes droits que les hétéro. Il est donc normal que la famille ainsi constituée ait le même nom, statut, droit et devoir que les autres familles.

4. Soutiendrez-vous la proposition d’enrichir l’article 1 de la Constitution sur l’égalité en rajoutant “sans distinction de sexe, d’orientation sexuelle, d’identité de genre, d’état de santé ou de handicap ” pour être en adéquation avec l’esprit des droits de l’homme de 1789 et la convention européenne ?
Bien sur. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi ce n’est pas déjà le cas. Nous sommes tout de même en 2012. Il serait temps.

5. Envisagez-vous de faciliter le changement d’état civil pour les personnes trans afin de permettre leur changement d’identité civile en accord avec leur identité de genre ? Actuellement sur le territoire français l’appréciation des juges est variable et ne permet pas à toutes et tous d’accéder dans les même délais à leur nouvelle identité.
Le processus de changement de genre est très difficile et s’accompagne de nombreuses complications familiales et professionnelles, mais aussi médicales et financières. Je pense que ce changement important doit être particulièrement accompagné pendant les années qui y sont nécessaires mais pas seulement pour le changement physique. L’étape civile devrait faire partie intégrante du processus médical. Quand quelqu’un accouche, l’Etat Civil est associé avec une déclaration et une reconnaissance. Les accompagnant médicaux sont là pour répondre aux questions de cet ordre. Il me semble évident que pour un changement de genre, les organismes de santé soient associés à l’Etat Civil et, après accord médical sur la finalité du changement (qui peut prendre la forme d’une attestation médicale physique et psychologique), que le patient / la patiente ait un dossier simplifié à transmettre à l’Etat Civil.

6. Soutenez-vous l’inscription, dans la loi, de la pénalisation des propos transphobes, au même titre que les propos homophobes, racistes ou antisémites ?
Mon engagement politique vient de la négation de mon identité catalane par la France. De nos jours, un scandale persiste : on de considère pas comme propos raciste une insulte faite aux catalans. Ce scandale se retrouve effectivement dans cet “oubli” juridique. Il est évident que les propos transphobes sont à condamner au même titre que les autres. S’il est nécessaire de faire une loi en ce sens, alors faisons-la.

7. Au vu des divorces, recompositions familiales, parents isolés…, quel regard portez-vous sur la notion de famille au XXIème siècle quelle soient composée d’hétéro, de gays, de lesbiennes ou trans avec des enfants issus des 2 ou d’un(e) seul(e) parent(e), que les enfants aient été conçus par des méthodes traditionnelles ou pas, ou adoptés ? Seriez-vous favorable à la reconnaissance d’une “unité d’éducation” vocable plus ouvert que le propre mot famille ? Cette même « unité d’éducation » pouvant être aussi une unité fiscale.
De la même manière que je suis contre la création d’un terme empêchant la normalité du mariage homosexuel, je suis contre ce terme “d’unité d’éducation”. Cela voudrait dire que les familles avec parents hétéro seraient normales bien que majoritairement recomposées voire monoparentales et les autres auraient un autre titre ? Donc une mère et un beau-père seraient des parents normaux puisqu’ils constitueraient une famille mais deux pères qui auraient élevé les enfants depuis leur naissance, seraient une “unité d’éducation” ? Je refuse totalement cela. Sinon pourquoi ne pas donner un autre terme aux couples faits d’un asiatique et un européen ? Ce serait du racisme. On est d’accord. Donc ne donnons pas un autre terme à une famille, quelle qu’en soit sa composition, tant qu’il s’agit de famille.
Et n’oublions pas que dans une famille, ce qui compte, ce n’est pas la sexualité ou la couleur que l’on a, mais l’amour que nous nous portons et les engagements qui en découlent.

L’Indépendant ou l’espagnolisme involontaire …

Dans son article d’aujourd’hui (Catalogne : Pas de TGV entre Figueras et Barcelone avant l’été 2013), Joana Viusà utilise le terme “Figueras”.

J’aimerais comprendre ce qui pousse les gens, notamment les instruits, cultivés et autres “élites” à utiliser un terme en français “Barcelone” et un en castillan “Figueras”, d’autant plus que je ne doute même pas que cette journalise (que je ne crois pas connaître) parle catalan. Voilà pourquoi je parle d’espagnolisme involontaire.

Là où ça en devient problématique, c’est que le terme “Figueras” n’est plus utilisé qu’ici, en Catalogne Nord, alors qu’il a été banni au sud pour cause de référence franquiste !

On pourrait croire qu’il n’y a pas d’autre manière de le dire mais pour ceux qui ne le savent pas, la toponymie de la Communauté Autonome de Catalogne n’utilise que le catalan Figueres, tout en sachant que pour les francophones il existe Figuères. Alors pourquoi bon sang se complilquer la vie à l’écrire en castillan dans un article en français qui ne concerne que la Catalogne ?!

La seule réponse que j’imagine est une simple conséquence de la triste tradition provoquée par Franco : l’espagnolisme quotidien.

Alors s’il vous plaît, chers journalistes, je sais bien qu’il vous coûte d’utiliser les vrais termes pour les municipalités nord-catalanes car vous écrivez en français mais pour les sud-catalanes, s’il vous plaît, utilisez leur toponymie officielle ou au pire le français.

Retard del TGV… catalans masoquistes

Una vegada més, ens anuncien retard pel TGV Perpinyà-Barcelona, tant esperat i desitjat per tants catalans… Des dels anys 90 està en els projectes “prioritaris”… Però com cada projecte català, tant prioritari sigui, sempre està postposat.Segur que si fos un projecte al bell mig de Castella, en pocs anys hauria estat realitzat.

Però com que els catalans (del sud aquesta vegada) són masoquistes, perfereixen continuar sent en aquesta Espanya que no pas un Estat independent que ja hauria fet no només Perpinyà-Barcelona, sinó Perpinyà-Alacant !

Ara la data que ens dóna el ministeri de foment seria per final del 2013… Això sense parlar de les retallades (que no afecten la família reial), un possible agreument de crisi o un possible accord fiscal (perquè de pacte no se’n cal ni somiar) que serà una molt bona raó pels conservadors del PP per a justificar que l’Estat no ha de pagar per un eix català (tot i que siguin els catalans que fan viure l’Estat i que aquest eix servirà molt més territori que només el català).

Doncs sí, cosins del sud, si us agrada ser insultats, espoliats, odiats, … si sou masoquistes, continueu esperant un acord entre Castella i la CCAA de Catalunya. Però si en teniu prou, teniu eleccions d’aquí a dos anys…

Quand Sarko vient, on passe le Kärcher

Les “gens du voyage” installés (oui, c’est un oxymore) à l’Espace Entreprises Méditerranées depuis plusieurs années viennent d’être purement et simplement dégagés pour faire place nette à l’arrivée de Nicolas Sarkozy ce samedi afin qu’il visite un camp de Ribesaltes “propre”…

Cela fait 3ans que le préfet a été saisi par les entreprises et la mairie qui se plaignent de vols (carburant, électricité, …) sans succès sur ce lieu comme pour le Mas de la Garrigue. Et voilà qu’un président tous pouvoirs arrive et on se réveille pour faire place nette… mais uniquement sur son passage; les “résidents indésirés” du Mas de la Garrigue sont tranquilles.

Reste à savoir où se déplacent ces personnes qui à coups sûrs ne sont pas reparties pour un voyage mais plutôt pour une nouvelle résidence provisoire (peut-être de quelques années tout de même) sur un autre terrain. Il serait temps de traiter ce problème par une vraie solution coordonnée entre eux et les services publics plutôt que les virer comme ça au gré des visites et de l’actualité pour qu’ils deviennent à nouveau les voisins indésirables d’autres entreprises et/ou particuliers.

Autant en emporte le… préfet

Alors voilà, après les consultations et avis défavorables de nombreuses entités dont certaines représentant le peuple lui-même (Meteo France, l’INAO, la DGAC (qui sont des services de l’Etat), les municipalités de Corneilla et de Baho, l’association Bien Vivre à Baho, l’association FRACAS…), le préfet vient malgré tout d’accorder le permis pour la création de “l’écoparc catalan”. Au départ il devait y avoir 41 éoliennes. Dans une logique imparable, le préfet a pris en considération l’avis défavorable de Météo France mais qui n’avait plus lieu d’être car les éoliennes employées par le grand groupe EDF seraient à impact réduit sur les ondes. Par la même logique, il a supprimé 6 éoliennes du projet et s’est dit que voilà, c’est bon, il n’y a plus lieu de râler pour ces empêcheurs de faire du fric (car il s’agit bien de ça pour EDF Energies Nouvelles).

Gilles Foxonet, Maire de Baixàs et -comme tous les maires de l’agglo- vice-président de PMCA, déclarait en tant que délégué EnR au sujet de l’opposition au projet le 6 avril à l’indép : “Je répondrai simplement que ces éoliennes sont implantées dans la zone de développement éolien (ZDE), ce qui signifie que tout a été étudié avec les services de l’Etat. L’association soulève le problème paysager sur Força Réal, c’est un fait. Mais l’essentiel est de ne pas oublier les atouts dont disposent les P.-O., à savoir le vent et le soleil. Ce sont aujourd’hui des atouts qu’il faut mettre à profit.

Evidemment, c’est dans une ZDE. Pour autant doit-on accepter que cette ZDE existe et aille à son terme quand cela dénature nos paysages ? Nous nous sommes énormément mobilisés contre une ligne THT et maintenant on nous met 35 éoliennes. Nul ne conteste qu’il faille “mettre à profit” (peut-être faudrait-il trouver d’autres termes) le soleil et le vent. Pas seulement, même. Nous avons tout pour le développement durable et pour l’autonomie énergétique. Mais avant de dénaturer nos paysages, ne faudrait-il pas commencer par généraliser la production intégrée ? Des éoliennes horizontales et individuelles -donc intégrées- existent. Nous devrions, nous -département de pointe sur la recherche énergies renouvelables si nous nous en donions les moyens- axer toute notre politique de développement économique et énergétique sur l’implantation intégrée et la recherche pour l’efficience des outils de productions afin de devenir un territoire modèle. Si chacun d’entre nous avions un panneau solaire pour l’eau, un photovoltaique et une petite éolienne (intégrée) pour ceux qui ont des villas, nous serions un territoire à énergie positve ! Pas besoin d’EDF et de dénaturer Força Real.

L’objectif de départ de Jean-Paul Alduy de faire de PMCA la première agglo à énergie positive est très bien. Mais la manière est apparemment à revoir…