La région : 8 fois plus pour le Montpellier Rugby que pour l’USAP

Il vient de m’être transmis un document officiel concernant l’attribution de subventions pour les clubs sportifs d’élite dans la région Languedoc-Roussillon. Il y apparaît clairement que l’USAP se voit attribuer 30 000 € quand le MHRC reçoit 237 500 € !!! On comprend mieux pourquoi Montpellier peut se permettre d’acheter de grands joueurs tels Nicolas Mas alors que l’USAP n’arrive même pas à le garder…

Voici ce document en format .pdf : subventions sportMHRC-vs-USAP

Il faut y avoir deux lectures :

Premièrement, George Frêche avait clairement affiché sa volonté de couler l’USAP au profit de Montpellier. Voilà que Christian Bourquin continue son oeuvre et exécute parfaitement ses désirs en octroyant huit fois plus de subventions à cette capitale hostile aux catalans qu’à l’USAP. Si vous lisez mon avant-dernier post, vous verrez d’ailleurs que l’actuel président de Région avoue qu’il aime tellement Montpellier qu’il prend à toute la région pour y mettre des centaines de millions d’euros.

Deuxièmement, il est évident que nous serions beaucoup mieux avec notre propre région, aussi petite soit-elle. Une région Catalogne Nord, correspondant à l’actuel département des Pyrénées-Orientales, faisant alors disparaître le département, ferait faire des économies administratives et surtout nous permettrait de mettre notre argent dans nos clubs. Au delà de l’élite à l’USAP -auquel nous pourrions donner bien plus que 30 000€- il faut bien penser qu’il y a des répercussions sur tous les sports et tous les niveaux, des poussins aux seniors, dans tout le territoire.

Reste que pour changer cela, la meilleure arme que nous avons est le vote…



Le Fruité Catalan embouteillé… à Narbonne ?!

3fruitesAllez, nous aussi nous avons droit à notre lot de délocalisations…

La mode est au “acheté local” car “fabriqué local”. Or, les Vignerons Catalans, malgré leur nom, auraient décidé de mettre un place un partenariat  avec une société narbonnaise pour embouteiller chez nos voisins le “Fruité Catalan”. Avec un nom pareil, embouteiller hors de catalogne est tout de même un comble !

Alors me direz-vous, ça reste de l’embouteillage, ce qui ne génère que très peu d’emplois vu l’industrialisation du processus… Mais quand même ! Personnellement je suis étonné. Nous avons des unités efficaces ici, pourquoi aller à côté ? Pour quelques centimes ?

Il n’en faudrait pas moins à certains pour décréter le boycott de la marque ! Je n’irais pas jusqu’à l’inciter mais je me pose tout de même la question du développement local, c’est à dire de la délocalisation, puisque tout est maintenant lié. Si chaque société qui trouve un petit intérêt ailleurs s’en va ou du moins délocalise partiellement la production, il est évident qu’il ne nous restera plus rien ici. Car ce n’est pas pour le soleil, la mer et la montagne que les entreprises s’installent ici. Nous sommes nombreux en Europe à avoir ce cadre de vie.

Reste à avoir maintenant une consommation responsable. Nous avons des solutions pour développer notre territoire au lieu de développer les autres. Et ces solutions ne sont pas forcément plus onéreuses. Par exemple le chocolat de marque distributeur Ivoria (Intermarché) est fabriqué par Cemoi Perpignan. Ne me dites pas qu’il est plus cher que le Lindt. Et pour acheter de la marque, il y a donc Cemoi. Le Cava, produit à quelques kilomètres au sud est moins cher et tout aussi bon (si ce n’est meilleur pour certains) que le Champagne, produit à l’autre bout de la France. Le touron, s’il n’est pas catalan n’en est pas vraiment, acheter du Muscat qui ne soit pas de Ribesaltes est un sacrilège pour un catalan, …

Nous ne sommes pas de grands producteurs. Notre industrie est quasiment morte. Mais s’il nous reste ne serait-ce que quelques leviers pour pérenniser l’emploi local, n’est-il pas de notre devoir de les utiliser ?



Bourquin… pire que Frêche pour les catalans ?

Allez, c’est reparti… Comme si nous en avions besoin, comme si nous étions maso… Bourquin, président de la région et sénateur élu dans les P-O (alors qu’il n’y met plus les pieds), vient clairement de déclarer qu’il prend l’argent dans toute la région pour le mettre sur Montpellier. 
Pourquoi faire ce genre de déclaration ? Simplement parce qu’il lorgne sur la capitale régionale. Il tacle au passage la mairesse et le président de l’agglo de Montpellier, et le tour est joué. Voici l’article (Midi Libre) et l’extrait plutôt explicite de sa politique désastreuse pour la Catalogne Nord :

L’aéroport, le doublement de l’A 9, la gare Saint-Roch, la future gare TGV, la fédération des universités, la nouvelle fac de médecine, un énorme chantier de 37 M€, le pôle chimie, ma présidence du CHRU… le tout en continuant les projets de Georges Frêche, dont le lycée hôtelier qui porte son nom, le tramway. Il fallait payer 50 M€. Je suis allé collecter de l’impôt partout en région pour cela : à Mende, à 

Christian Bourquin

Narbonne, à Nîmes… pour payer ces projets à Montpellier. Cela fait 500 M€ d’investissement depuis que je suis là. C’est dire que je suis présent pour la ville.

Mon amour pour Montpellier est très ancien et s’amplifie avec le temps. Mon rôle de président de région, c’est de faire avancer tout le territoire et Montpellier en particulier, qu’elle renoue avec sa fonction de capitale régionale

Aujourd’hui, le transport collectif doit être incitatif : donner rapidement accès à la ville et être très peu cher. Cela renforcera encore l’attractivité de Montpellier qui en a perdu ces derniers temps.

Ajoutons à ces déclarations le fait qu’il n’y ait quasiment aucun investissement régional dans les P-O et vous ferez la balance assez rapidement… Nous leur payons des Tramways, des infrastructures sportives et de loisir (stades, piscines olympiques, zénith, …), le développement de leur université, etc.

Il anonce 500 millions d’€ pour Montpellier depuis qu’il y est !!!! Et pendant ce temps, en Catalogne Nord, l’université est abandonnée, l’USAP et les Dragons ont du mal à trouver des financements, nous n’avons toujours pas de grand stade (en même temps, la grande équipe doit être coulée selon les voeux de Freche), pas de patinoire, pas de fac de médecine (alors que nous avons un grand hôpital à Perpignan, un des meilleurs instituts de formation d’infirmières et un hôpital transfrontalier), une université en chute libre, un aéroport écrasé, aucun parc régional d’activité économique en fonctionnement (les autres départements en ont au moins deux), … Allez, je m’arrête là. Juste une dernière précision : Dieu -euh… pardon- Ch. Bourquin prévoit la construction d’un mémorial au Camp Joffre pour un coût d’environs 30 millions d’€. Voilà le seul investissement important qui est fait chez nous. Un grand monument aux morts qui n’aura pas de retombée économique.

Frêche a eu beaucoup de flair en prévoyant Bourquin comme successeur… Il ne pouvait pas trouver mieux pour Montpellier… et pire pour les catalans.



Nicolas Mas, tout un symbole… de la spoliation Montpellieraine

Nicolas Mas est, d’après les spécialistes, un des meilleurs joueurs de rugby à XV au monde. Nous avons de la chance, c’est un “enfant du pays”, catalan et fier de porter nos couleurs dans le club phare : l’USAP.
Or, voilà que son transfert vient d’être annoncé… vers la capitale régionale. Loin d’être anecdotique, ce transfert révèle ce que Frêche souhaitait de tout son coeur : la fin de l’USAP au profit du MHRC, club de rugby de Montpellier. Georges Frêche avait certes une opinion que nous ne pouvons que combattre, mais il avait au moins le courage de l’afficher. Aujourd’hui, son successeur Ch. Bourquin applique la même politique mais n’en dit pas autant. Normal me direz-vous, il a fondé sa carrière politique sur la Catalogne Nord, pardon, les Pyrénées-Orientales (puisqu’il nie la catalanité comme identité et ne la reconnaît que comme un accent).
Alors nous nous trouvons dans une région artificielle où tout est fait pour la capitale imposée. Nous n’avons aucun lien culturel avec Montpellier alors ils sont inventés. Un temps Septimanie (soutenu par le féodé Bourquin) maintenant c’est Sud de France. Et comme des subventions et autres financements sont à la clé, forcément les agriculteurs s’y mettent, mais aussi les stations de ski, les producteurs de vin, l’aéroport, … Une somme folle est dépensée dans cette marque qui ne nous représente pas et au final ne nous sert pas.
Récemment, Louis Aliot, responsable national du FN, a annoncé publiquement son soutien à cette politique centralisatrice, considérant que cela évitait, comme le souhaite Bourquin, un rapprochement avec la Catalogne Sud.
Alors les voilà unis, le jacobin dit de gauche et le centralisateur extrémiste. Unis pour une chose : continuer à donner plus à Montpellier qu’à Perpignan alors que depuis 1982 (création effective de la région) cela nous fait tous les jours couler un peu plus…
Nicolas Mas qui part pour un plus gros salaire  “chez l’ennemi” c’est mauvais pour nous. Mais en réalité, il n’est qu’un symbole de ce qui se passe depuis 30 ans maintenant : l’anéantissement de Perpignan pour Montpellier.
Bravo Georges (Frêche), tu n’auras pas vu ton rêve se réaliser de ton vivant, mais ton successeur est bien là pour achever le travail.