Resposta a la carta de la Federació pel català

Aquí trobareu la carta.

La Federació d’Entitats,
Senyores, Senyors Presidents i responsables d’associacions,

 
Primer de tot us he d’agrair per destacar el dret imprescindible de cada poble a utilitzar la seva llengua. La vostra feina per aquests drets permet cada dia avançar més cap a l’objectiu de normalització de les llengües.
A més de la vostra lluita que comparteixo totalment, vull destacar el compromís del President del
meu moviment, en François Bayrou, quant a les llengües i el territori. El senyor Bayrou ja fa anys
que va començar a lluitar pel reconeixement de les llengües dites regionals a França. Fins i tot va començar la política en gran part per això i sovint utilitza la seva llengua, el bearnès, als seus discursos. Durant la campanya presidencial (i no només aquesta sinó totes a les quals va participar) sempre va insistir sobre dos aspectes : la llengua i el territori. Vull fer-ne la declinació catalana, de la mateixa manera que vull lluitar per una marca “produït a Catalunya” enlloc del Sud de France que no ens representa.
Estic convençuda que la política moderna s’ha de basar sobre els territoris. És per això que hem
decidit amb en Brice LAFONTAINE unir-nos per aquestes eleccions. El seu compromís per la
llengua i la cultura no són a demostrar.
És doncs obvi que no només portem l’única candidatura que promet modificar la Constitució per a l’aplicació de la Carta Europea de les llengües dites minoritàries, sinó que sobretot som els únics que podem dir-nos ja compromesos per aquesta finalitat tant a nivell de partit com a nivell personal.
Pel que fa a la vostra proposta de llei-marc, no em sembla necessari en el cas d’una aplicació de la
Carta Europea. Aquesta Carta té diversos graus. Poden anar d’un simple reconeixement fins a
l’equivalent de la cooficialitat. Llavors, el grau de garanties per a l’ús de la llengua ja pot ser (i ha de ser, al meu parer) un grau que permeti el desenvolupament, no només la supervivència, sinó el
desenvolupament de les llengües.
Portem l’única candidatura catalanista de les eleccions. I més enllà, som els únics en capacitat de dir
que ja hem demostrat el nostre compromís amb Catalunya i el català. L’associació del MoDem i d’Unitat Catalana és doncs una evidència per mi i us asseguro que els projectes de reconeixement de la llengua i del territori és una de les meves prioritats. De fet, ho trobareu als meus documents de campanya amb mateixa prioritat que l’ocupació laboral, l’allotjament, l’agricultura i el deute.


Moltes gràcies per tot.


Christine ESPERT, candidata a la 1era circumscripció
Brice LAFONTAINE, suplent.



Lettre ouverte de Christine Espert à Auchan

Voici la lettre, à laquelle je m’associe, de Christine Espert à la directrice d’Auchan.
Madame,

Responsable politique et candidate pour les prochaines élections législatives sur la première circonscription des Pyrénées – Orientales, je suis particulièrement sensible aux problématiques de l’emploi dans notre département qui est dans une situation particulièrement difficile.
Le devenir d’une entreprise comme la vôtre qui fait partie des plus importantes du département en nombre de salariés, suscite une attention particulière. Les éléments publiés dans la presse ces derniers jours quant à la perspective de la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi et la suppression de postes en équivalent temps plein  sont source de grandes inquiétudes et mériteraient quelques éclaircissements en réponse aux principales questions qui se posent :
–        La survie économique de l’entreprise de Perpignan est elle menacée ?
–        Quel serait le nombre de postes concernés ?
–        Dans le contexte économique et social actuel tendu, le dialogue social équilibré et respectueux, qui se donne du temps d’ écoute réciproque, entre salariés et dirigeants, est particulièrement précieux. En conséquence, pourriez-vous m’indiquer quel est le calendrier établi pour asseoir cet indispensable dialogue ?
–        La suppression de postes en équivalent temps plein, aura t-elle pour conséquence d’augmenter encore les contrats à temps partiel pour des « petits » salaires ? Ce point est particulièrement important pour moi, dans la mesure où il s’ajoute à des rythmes de travail  déjà souvent difficiles (très tôt le matin – tard le soir – le week-end) pour concilier vie professionnelle et vie familiale.

Les grandes surfaces font partie intégrante de nos paysages de vie, et de notre économie, mais l’évolution attendue de vos structures doit donner plus de place à « l’humain ». Cela pourrait passer par la limitation des automates (caisses sans caissière) et « scannettes », la limitation des temps partiels pour des contrats plus viables,….. et donner encore plus de place aux territoires par la mise en valeur et la promotion des productions locales dans le respect des producteurs.

Je suis à votre disposition pour évoquer ces sujets.
Je vous remercie  pour vos réponses.
Recevez madame mes salutations les meilleures.

Christine ESPERT



L’hydroscope, encore un projet d’avenir avorté

J’ai souhaité réagir à l’article du n°832 de La Semaine du Roussillon au sujet de l’hydroscope. Voici le courier que j’adresse au journal :

Vous y remarquez très justement la volonté claire des pouvoirs locaux depuis de nombreuses années maintenant à favoriser le clanisme et clientélisme plutôt que faire avancer notre territoire. Vous y citez Ch. Bourquin et ce n’est malheureusement pas le seul. Je rappelle que nous avons d’ailleurs de nombreux candidats aux législatives qui sont là depuis au moins trente ans… toujours les mêmes, on voit ce que ça a donné !
Je porte depuis plusieurs années maintenant le projet d’un catalanisme moderne. Cela passe évidemment par les combats de toujours concernant la langue et la reconnaissance de notre territoire mais mon engagement est moderne en ce qu’il vise au développement de notre Pays Catalan et à la prise en compte des problématiques qui nous sont spécifiques car très différentes des dynamiques des autres territoires français.
Ce projet d’hydroscope avorté est un projet que je souhaite reprendre, je m’engage donc à tout faire pour qu’il se réalise. Les obstacles seront nombreux parmi ceux qui ne veulent pas voir notre département avancer et il faudra l’actualiser. Mais je suis convaincu que ce projet, particulièrement précurseur en son temps, est aujourd’hui indispensable pour nous qui avons le territoire européen comportant la meilleure irrigation par canaux -c’est dire si nos ancêtres portaient déjà une attention toute particulière à la problématique de l’eau.

Il est impossible de concevoir l’avenir de notre territoire sans grand projet structurant. Cet hydroscope est synonyme de développement raisonné car intégrant les dernières innovations en termes d’économie de ressources. Il engendrerait également une forte progression de la qualité de nos infrastructures telles l’aéroport et le TGV (dont nous devons absolument avoir une gare à Rivesaltes). La concurrence de Montpellier avec le Pôle de compétitivité n’est pas à craindre car d’une part celui qui a fait avorter le projet en Catalogne Nord est le même qui souhaite diriger Montpellier et d’autre part parce que nous avons encore de nombreux atouts que Montpellier n’a pas (climat, situation géographique, aire de chalandise, reliefs, présence de toutes les soucres et tous type d’eau, …).

Je porterai ce projet tant que je serai engagé et je serai engagé tant que le Pays Catalan aura besoin de dynamisme et d’une autre conception de la politique.



Elections législatives (français-català)

Français :

J’ai donc décidé, soutenu par Unitat Catalana, de m’engager aux côtés de Christine Espert (MoDem) sur la 1ère circonscription pour les élections législatives du 10 et 17 juin.

Nous porterons, dans un esprit de dynamisme et de sincérité, la seule candidature centriste et catalane.

Je vous ferai part ces prochains jours de nos thèmes de campagne.

Català :

He decidit, amb el suport d’Unitat Catalana, de portar una candidatura com a suplent de la Christine Espert (MoDem) a la 1era circumscripció per les legislatives dels 10 i 17 de juny.

Amb un esperit de dinamisme i sinceritat, portarem l’única candidatura centrista i catalana.

Aviat comunicarem els nostres temes de campanya.

Eurovegas, une ville telle Las Vegas à nos portes

Le projet EuroVegas est un projet de ville du jeu qui doit se positionner aux abords de Barcelona ou Madrid.

Le projet du magnat du jeu Sheldon Adelson, le PDG du Las Vegas Sands et 14ème plus grande fortune mondiale (propriétaire des grands centres de jeu de Macau et Singapour) fait évidemment polémique. Il a donc une image qui lui colle à la peau dont chacun se fera une idée de la véracité, c’est l’image de monsieur corruption ou encore de mafieux.

Dans les différents arguments qui sont opposés à ce projet on retrouve principalement : destructions écologiques, emplois précaires, insécurité, coût de départ pour la collectivité, impact environnemental. Quand on parle emploi dans ce projet, c’est très vaste et controversé mais apparemment on peut retenir qu’il y aura plus de 30 000 employés dans la première phase du complexe, sans compter tout ce qui aura été généré par la construction du site, des infrastructures et des aménagements. A celà viennent s’ajouter toute la plus-value aux alentours pour le commerce, le tourisme, etc. Cela ferait monter (attention, ce sont des chiffres EuroVegas) à près de 200 000 emplois une fois le complexe totalement réalisé et les infrastructures en foncionnement.

Voici une vidéo en catalan (réalisation Televisió de Catalunya) montrant les réalisations désormais célèbres de ce groupe.

Pour décider de la localisation de son projet, le richissime négociateur a bien su jouer son coup de poker (sic) en mettant en concurrence ces deux communautés autonomes déjà en guerre depuis longtemps. Il a ensuite lancé une liste de demandes plutôt exagérées afin que celles qu’on lui refuse (par exemple l’autorisation de laisser entrer les interdits de casino et les mineurs) soient les moins contraignantes et qu’il puisse profiter de ce qui au final est assez logique de lui accorder telle la gratuité du foncier nécessaire ou encore des facilités administratives.

Beaucoup me connaissent engagé pour l’environnement. Pourtant, je suis tout à fait favorable à un tel projet. Il devrait selon moi évidemment intégrer les toutes dernières innovations en terme de développement durable, et pourquoi pas en profiter pour en faire justement une vitrine de ce que peut être une grande infrastructure moderne respectant l’environnement. J’irai même plus loin, je rêve qu’un jour les politiques locaux aient le courage de porter un tel projet. Il me semble que ce temple du jeu mais aussi de congrés a plus de chance d’atterir à Barcelona car la capitale catalane a déjà un énorme atout : c’est une des capitales les plus visitées au monde. Mais le problème se pose encore une fois pour nous, nord-catalans, qui laisserons passer quantité de trains à l’ouest de Perpinyà (voir articles précédents) et qui, une fois de plus, au lieu de jouer sur la complémentarité du triangle Toulouse-Montpellier-Barcelona, nous ferons bouffer par un de ces géants et perdrons dans cette concurrence féroce un énorme potentiel touristique. Car il faut bien penser que les quelques congrés que nous avons auront vite fait de se détourner pour aller dans cette capitale du plaisir (oui, vous comprenez bien le sous-entendu faisant référence à la législation espagnole qui autorise le commerce du sexe). Bien sûr, il semble difficile pour Perpinyà de s’imaginer concurrencer Barcelona. Mais le problème est très symptomatique de la faiblesse -pour ne pas dire incompétence- de nos “élites” se refusant à faire un stade/arena ou encore une patinoire olympique, mais tous désireux d’avoir des théatres dans leur ville ou des salles ultra-polyvalentes (et surtout ultra-coûteuses), quand ce n’est pas de financer les infrastructures montpellieraines dont les catalans se foutent totalement.

Alors une fois pour toutes, réveillez-vous, citoyens, amis, politiques, associations, réveillez ce territoire qui n’est pas condamné à accueillir uniquement l’Europe retraitée et les bénéficiaires des Revenus sociaux. Nous avons tous les atouts pour nous développer et il ne faut pas avoir peur de ces changements. Comment un territoire idéalement situé comme le nôtre peut-il en être là aujourd’hui. Réfléchissez, informez-vous, agissez… et votez.

Le groupe Las Vegas Sands doit rendre sa décision quant à la localisation du projet vers le mois de juin.