Happening contre les cirques avec animaux : je participerai

Ceux qui me suivent savent mon engagement pour la protection animale. Ça fait des années que je publie et montre mon opposition à tout ce qui contraint les animaux. C’est donc naturellement que je serai présent au happening (déclaré en préfecture) d’Animalibre, association locale de défense des animaux.

Depuis que je suis élu j’ai découvert que les différents cirques offraient des places aux élus. Je les ai évidemment toujours jetées à la poubelle. J’ai tenté de convaincre la majorité municipale (quand j’y étais encore) de ne plus autoriser que les cirques sans animaux. Le festival du cirque de Figueres m’avait d’ailleurs servi d’exemple puisque bien qu’il soit un des événements européens majeurs dans la discipline, il n’y a aucun animal exploité. Mais forcément avec à la tête de Perpignan un maire qui éprouve un plaisir certain à chasser les animaux sauvages en Afrique comme des éléphants ou grands félins, je ne pouvais avoir gain de cause.

Je finirai par cette évidence : il n’y a AUCUN cirque dans lequel les animaux sont bien traités. Les animaux ont TOUS besoin de grands espaces, d’un climat adapté à chaque espèce ou encore tout simplement de pouvoir se mouvoir librement. Et je ne parle même pas des souffrances physiques imposées par le dressage…

Alors pour tous ceux qui ont un petit instant ce samedi, retrouvez-nous à 14h sur le parking du palais des expositions pour que Perpignan devienne une de ces nombreuses villes où nous n’acceptons plus que la maltraitante animale soit un spectacle.

Voici le lien de l’événement facebook

La rue des Augustins bientôt d’intérêt public, avec quelques mensonges…

Comme je l’avais annoncé, je me suis rendu à la réunion publique au sujet de la revitalisation de la rue des Augustins à Perpignan (lien vers Google Maps).

Image L’Indépendant, lors d’une étude des locaux vacants en 2016

Cette artère du coeur de ville, sinistrée depuis une vingtaine d’années, a jadis été le centre commerçant de la cité catalane. J’avais proposé au maire en 2014 qu’on se saisisse de prérogatives via une Déclaration d’Utilité Publique (DUP) pour que la mairie soit décideur et acteur puisqu’elle permet à la municipalité d’être contraignante avec les propriétaires et de porter elle-même nombre de projets, pourvu qu’ils soient d’intérêt public. Refus du maire. 5 ans plus tard, il lance une DUP en grande pompe. Ce n’est pas parce que je suis maintenant dans l’opposition que je vais être contre un projet que j’avais moi-même proposé. Je soutiendrai donc cette orientation. Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’il faut laisser faire sans rien surveiller. Hier, lors de la réunion publique menée par Olivier Amiel qui avait à ses côtés quelques élus concernés pour le soutenir dans cet exercice difficile, celui-ci a repris quelques approximations volontairement trompeuses du maire. Voici 3 sujets qui méritent à mon sens d’être surveillés ou rectifiés :

D’abord sur le parking de surface au centre ville. Le maire prétend qu’il est en cours de négociation avec Indigo mais qu’il n’y peut rien si la société à laquelle il a délégué la gestion des parkings met des amendes dès la première minute de dépassement. Or, lors du conseil municipal où la délégation a été votée, je m’étais opposé et avais proposé -entre autres- deux améliorations à la convention : d’abord une tolérance de 10min, ensuite que le contrat ne porte pas sur 9 ans car c’est une date trop éloignée pour renégocier. Refus catégorique du maire car la redevance payée par Indigo à la ville aurait été moindre. Évidemment… Jean-Marc Pujol savait donc pertinemment que la société comptait particulièrement sur les premières minutes de dépassement.

Ensuite sur la taxe foncière. Plusieurs propriétaires ont dit leur bonne volonté pour réclamer des loyer bas (et nombre d’entre eux ont donné des exemples confirmant cette volonté). Mais ils se sont plaint de la contrainte que représente une taxe foncière beaucoup trop élevée. Olivier Amiel, reprenant alors les propos du maire, les a rassurés en des termes proches de l’arnaque. En effet, Jean-Marc Pujol prévoit bien de baisser la taxe foncière sur la ville de Perpignan… après l’avoir lui-même augmenté à la communauté urbaine. Et encore, sans compter d’autres taxes (refus d’exonération de la CFE, création de la taxe GEMAPI, hausse du versement transport, …). Quand on ne dit les choses qu’à moitié, ça n’a plus le même sens.

Enfin, une inidication : le projet prévoyait au début de la rue la démolition de plusieurs immeubles « sans intérêt » selon le maire. Cette démolition a été refusée par les services de l’Etat. Passée inaperçue, cette décision nous montre que pour de nombreux bâtiments que le maire estime sans intérêt patrimonial, nous devons être très vigilants. Il a la destruction facile…

En conclusion, je rappelle mon soutien à ce projet car il permettra la revitalisation d’une artère très importante, charnière entre les quartiers les plus difficiles et les meilleurs du centre ancien. Ce soutien est évidemment conditionné à ne pas prendre les perpignanais pour des idiots. Je resterai donc vigilant, dans l’intérêt de la ville.

J-M Pujol, l’opportunité du gilet jaune, tout et son contraire

Nous savions que les plus grands politiciens avaient pour habitude de tout récupérer, mais là on a atteint le fond avec Jean-Marc Pujol qui soutient les gilets jaunes. 

Vous me direz peut-être « et pourquoi pas ? ». Et bien voici pourquoi je pense qu’il se moque bien des gens à des fins politiciennes : 

Tout d’abord, son positionnement politique est devenu illisible. Il a exclu les macronistes de son équipe, puis a clamé l’union (autour de lui évidemment) car lui seul serait capable d’unir macronistes et toute la droite, et maintenant il se met contre le gouvernement En Marche. Comment retourne-t-il sa veste aussi facilement ? De la même manière que BFM choisit ses sujet : en fonction des sondages. 

Ensuite sur le fond : parmi les revendications les plus importantes des gilets jaunes, nous noterons la justice fiscale (difficile à définir mais globalement disons que la baisse d’impôts et taxes surtout pour les classes moyennes y répond) ainsi que la hausse du pouvoir d’achat. Les deux étant liés évidemment car si on baisse les prélèvements, on augmente le revenu disponible. Alors pourquoi pas Jean-Marc Pujol ? Et bien tout simplement parce qu’il s’est engagé en début de mandat à ne pas augmenter les impôts ni à la mairie, ni à la communauté urbaine. Bon, il avait aussi dit qu’il n’en serait pas président… nous savons que cette promesse n’a pas tenu deux jours. Pour revenir au détail de ses promesses, nous noterons qu’effectivement il n’a pas augmenté les impôts à la mairie de Perpignan. Mais il les a bien augmentés à la communauté urbaine ! Création de la taxe GEMAPI, hausse de la Contribution Foncière des Entreprises, hausse de la Taxe Foncière, hausse du prélèvement transports, … Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’a pas tenu cette promesse de maintient des prélèvements. 

Alors le voir maintenant affublé d’un gilet jaune au milieu de manifestants dupés, c’est quand même pour le moins ironique. Le tout en disant qu’il est proche du peuple et qu’il le comprend, juste avant de faire voter une nouvelle hausse des indemnités de ses élus… 

Les mots que JM Pujol ne veut pas entendre suite à l’éviction d’Isabelle de Noell

J’avais préparé cette intervention pour le conseil municipal de ce jour, suite au retrait de délégations qu’a subi Isabelle de Noell Marchesan par le maire. Celui-ci en a refusé la lecture (et ce, en contradiction avec les règles élémentaires de démocratie et de débats en conseil municipal). J’ai donc décidé de la rendre public sous une autre forme. 

Monsieur le maire, 

Il y a tout juste un an et demi, vous décidiez une première rupture dans l’équipe suite à mon engagement pour une élection qui pourtant ne concernait pas la municipalité et n’allait à l’encontre d’aucun de nos accords. Une rupture purement politicienne qui ne trouvait pas de fondement dans mon activité municipale puisque jamais aucun doute n’a été émis sur mon implication. S’en sont suivi des tensions que vous pensiez pourtant calmer par vos décisions. Que ce soit lors des législatives ou des sénatoriales, rien n’a permis d’améliorer l’ambiance et la cohésion de l’équipe, désormais devenus délétères. 
Aujourd’hui la situation, sans être identique, est semblable. Vous excluez une personne dont nul ne nie l’engagement auprès des perpignanais, ni la qualité. Implantée dans le Moulin à Vent, Isabelle de Noell a fourni un travail que vous avez toujours loué et avec raison. 
Vous lui avez retiré ses délégations au seul motif qu’elle a refusé de se démarquer de toute autre candidature que la vôtre. 
Cela ne peut que me rappeler cette réunion à laquelle plusieurs adjoints participaient et lors de laquelle vous m’aviez demandé la même chose. Vous me disiez à l’époque que si je me démarquais publiquement d’Emmanuel Macron, vous me laisseriez mes délégations. Refusant qu’on me contraigne, j’étais resté cohérent et vous également. Emmanuel Macron l’a emporté notamment sur Perpignan. 
Le parallèle est tentant. 
Vous demandiez à Isabelle de Noell de prendre ses distances avec Romain Grau. Refusant qu’on la contraigne, elle est restée cohérente et vous également… 
Les municipales de 2020 nous diront si le parallèle s’arrête là ou si la suite est la même. Vous auriez pu vous poser en rassembleur. Vous préférez exclure. En 2017, maintenant en 2018… que nous réserve 2019 ? Peut-être l’exclusion des marcheurs qu’il reste dans votre majorité ? 
Mais je ne souhaite pas m’éterniser sur ce genre de détails, dont vous nierez une partie alors que l’équipe connaît la vérité. Ce qui m’inquiète, c’est justement l’équipe. De nombreuses personnes de valeurs, convaincues qu’elles sont là pour accomplir une mission d’amélioration de la vie de nos concitoyens. Or, le premier engagement que vous leur demandez est d’être d’accord avec vous tant sur les élections nationales que sur les locales à venir et ce, même si vous n’êtes pas officiellement candidat. Une préoccupation permanente apparemment alors que nous sommes à plus d’un an encore de l’échéance. Quand la préoccupation des perpignanais est le bien vivre, vous répondez par des décisions politiciennes. Regardez vos élus. Rendez-vous compte que beaucoup d’entre eux ont quelque chose à dire. Ils ont des propositions à faire. Mais seuls quelques uns ont la possibilité de vous parler. Vous ne gratifiez pas forcément les bonnes personnes, ni ne sanctionnez celles qu’il faudrait. 
Je profite donc de cette intervention pour remercier les collègues, élus de toutes tendances. Vous qui êtes là pour le bien commun et non pour des jeux d’appareil ou pour courir après les élections. Vous qui aimeriez tellement avoir un mandat apaisé et des relations sereines pour mener une politique commune. Vous qui avez tant de choses à dire mais que vous devez garder pour vous soit parce que vous n’êtes pas consultés, soit parce qu’on ne vous permettrait pas d’exprimer une voix dissonante. Vous dont les compétences sont toujours méconnues du maire, des années après votre élection. Je vous félicite de tenir le coup et vous remercie du soutien dont vous m’avez fait part. Isabelle mérite tout autant votre empathie et les perpignanais ont besoin d’élus de conviction. Quand on me demandait pourquoi je restais dans la majorité, je répondais que j’étais toujours plus utile que dans l’opposition. Quand on me demande comment je tiens en politique, je mets de coté ma modestie et je réponds que si on laisse les mauvais entre eux, alors tout est perdu. Ces dilemmes, vous les vivez régulièrement. Isabelle a tenu bon dans ses convictions. Qu’on les partage ou pas, son honnêteté et sa droiture l’honorent. 
Avec des parcours différents, vous avez maintenant trois élus d’opposition qui ont pour point commun d’oser. Oser penser différemment, mais aussi oser s’exprimer, revendiquer, agir, … et oser s’affirmer. 
Comme l’a dit Mark Brinton : 
« La valeur d’un homme ne se mesure pas à son statut. Sa valeur se mesure à sa personnalité, sa sagesse, son courage, son indépendance ». 

J-M Pujol en soutien aux prisonniers et exilés politiques catalans

Ce vendredi 31 août, le président catalan Quim Torra nous faisait le plaisir d’une visite institutionnelle à Perpignan. Dès 10h il était à la Casa de la Generalitat et toute la journée il a rencontré les principaux acteurs de l’identité catalane : écoles catalanes, USAP, Dragons Catalans, institutions.

Protocole oblige, il a été reçu en mairie par Jean-Marc Pujol. Bien que ce soit une réception officielle, tout le monde n’était pas convié. Le conseil municipal n’était pas informé et même dans la majorité nombreux sont ceux qui se sont plaints de ne pas être invités. Ambiance dans la majorité…

réception du président Torra en l’hôtel de ville

A 13h, le président arrive donc à l’hôtel de ville. A la grande surprise de l’assistance, le maire arbore un ruban jaune à la poitrine. Ce soutien aux prisonniers politiques et exilés catalans est une source de tension entre le maire et moi depuis le mois d’octobre dernier et le référendum catalan. Lors d’échanges houleux en conseil municipal, il avait alors refusé de faire voter une motion en soutien à la démocratie malgré toutes les précautions que je prenais pour ne pas faire d’ingérence au sujet de l’indépendance. Le maire a soutenu la justice et le juge en charge de l’instruction, pourtant désavoué à l’international par tous les tribunaux : Suisse, Allemagne, Ecosse et Belgique. La Belgique où le juge Llarena est d’ailleurs mis en examen pour utilisation de ses moyens à des fins politiques. Malgré ces faits, le maire a toujours refusé que l’institution municipale arbore le lien jaune ou un signe en faveur de la démocratie (comme l’a fait le conseil départemental, soutenant la liberté d’expression sans se prononcer sur l’indépendance).

Donc le maire de Perpignan écrivait en avril dernier “L’Espagne est un état de droit et sa constitution a été approuvée avec une grande majorité, dont celle des catalans. A ce titre, les juges font leur travail qui peut être critiqué ou contesté mais doit être respecté.”

Aujourd’hui il accueille le président catalan avec ce soutien que j’ai d’abord cru feint. Sauf que lors du repas, le maire a signé le manifeste des maires de Catalogne Nord en faveur de la démocratie (en soutien aux prisonniers politiques).

Il aura donc fallu 10 mois d’exils, emprisonnements, violences, et la visite officielle du président catalan pour que Jean-Marc Pujol soutienne enfin ses homologues sud-catalans. Malgré le délai, nous ne pouvons qu’en être satisfaits.

Alors monsieur le maire, bravo pour le soutien, maintenant affirmons-le. Gardez le ruban sur votre veste. Vous l’avez rangé immédiatement alors que le lendemain même vous inauguriez Visa Pour l’Image. Ce symbole doit être arboré tout le temps et pas seulement lors de la réception de catalans. Mettez-en un sur la façade de l’hôtel de ville et faisons honneur à notre titre de Fidelíssima. Nous ne saurions croire que ce soutien n’était que de circonstances…

inauguration de Visa pour l’Image le samedi 1er septembre

Lettre ouverte au maire concernant le soutien aux zones économiques par rapport au centre ville

Courrier communiqué à la presse et rendu public via mon blog

Monsieur le maire-président, 

Dans l’Indépendant d’hier 5 juillet, vous faites état d’un grand succès des zones économiques et nous ne pouvons qu’en être heureux. Les principales citées sont Torremila et TechnoSud. Cette dernière notamment a connu un essor important sous votre impulsion avec la fin de sa spécialisation. Nous avons ainsi pu constater que de nombreuses sociétés implantées en cœur de ville ou sur d’autres communes du département se sont regroupées sur ce nouvel espace, profitant de l’effet d’aubaine que vous créiez avec des prix de terrains 5 à 10 fois inférieurs au prix du marché. 

Pour mieux comprendre l’ampleur de ces effets, je vous prie de bien vouloir me faire parvenir et rendre public le nombre d’entreprises domiciliés sur ces zones en fonction de 4 critères : celles qui ont déménagé de Perpignan, celles qui étaient sur la communauté urbaine, celles qui étaient sur le département, et enfin, celles qui venaient de l’extérieur ou sont des créations réelles (les regroupements comme les cliniques étant le résultat d’un déménagement de plusieurs professionnels et non pas d’une création). 

De plus, je m’interroge sur votre seule politique de soutien aux entreprises se localisant en zones économiques périphériques. Si pour les grandes emprises foncières cela semble indispensable, la question du manque de financement municipal et communautaire (hors aides de l’État) pour les entreprises s’installant en cœur de ville me laisse perplexe. C’est pourquoi je vous prie également de me faire parvenir et de rendre public la valorisation moyenne de l’aide aux entreprises sur les zones économiques (incluant donc la sous-évaluation des terrains) et la comparaison avec les aides municipales et communautaires sur l’installation d’entreprises en ville. 

Avec mes sincères respects, 

Brice Lafontaine

Elu municipal d’opposition

Ces élus grossiers qui parlent au nom du maire…

“Quand on est élu, on se doit de faire attention à ce qu’on dit car on représente la parole de toute la municipalité”. Jean-Marc Pujol

Qu’est devenu ce principe ?

Un automobiliste se fait enlever la voiture indûment. Il manifeste son mécontentement sur les réseaux sociaux. Une élue dit que “ceux qui n’ont rien fait pour le bien public n’ont qu’à fermer leur gueule”. Conséquence, il prend la mouche (et il a bien raison) et transforme ce qui n’était “qu’un” mécontentement en recours. Il gagne et la ville (donc nous tous) est condamnée.

La rénovation/destruction du quartier Saint Jacques interpelle même au niveau national et Stéphane Bern se fend d’un Tweet rappelant à la raison le maire Pujol car la démolition n’est pas rénovation. Le maire-adjoint en charge de la rénovation urbaine traite l’animateur préféré des français (rien que ça) de “pitre cathodique” et “ridicule bouffon du roi”. Perpignan s’illustre encore des pires manières.

Un commerçant connu et apprécié se plaint de ce que des délinquants lui pourrissent son activité et que la municipalité n’agit pas comme elle devrait : non seulement elle ne gèrerait pas bien le problème mais en plus s’en prendrait à ce commerce en lui supprimant des animations qui se déroulaient juste devant. Et revoilà notre élue gracieuse qui revient à la charge en disant en avoir “plein le cul de tous ces commerçants qui critiquent”.

Il fut un temps où le maire recadrait ses élus pour moins que ça. Donc soit il approuve, soit son équipe part vraiment en… vrille !

 

Conflit des bus sur la Communauté Urbaine : les pouvoirs publics absents

Alors que la direction de Vectalia recevait pour la première fois les employés au bout de 10 jours de grève, je suis allé à la rencontre des manifestants pour comprendre leur mécontentement. Il ne s’agit pas de politiser un combat syndical entre une direction et ses employés. Néanmoins, ce n’est pas n’importe quelle entreprise. Il s’agit d’un service public de transports. La Communauté Urbaine est donc partie prenante.

Je ne me prononcerai pas sur la hausse de salaire demandée, bien qu’elle ait un lien indirect avec les contributions que nous versons tous. Ce serait facile de dire qu’il faut les augmenter sans avoir tous les chiffres en mains. Mais les revendications en terme de sécurité interpellent.

Car il en va de la sécurité des personnes transportées également. Par les temps qui courent, chacun pense à la menace des délinquants qui est réelle mais pas la plus inquiétante pour les chauffeurs. Il s’agit en fait de l’état du matériel. Pneus en état d’usure avancée, voyants d’alerte signalant une urgence, indications d’insuffisance de liquides comme le liquide de refroidissement, mais aussi rafistolage de petits dégâts matériels qui se retrouvent être potentiellement préjudiciables.

L’année dernière nous avons voté en communauté urbaine un avenant au contrat liant l’intercommunalité à la compagnie de bus. Le renouvellement d’engins ne se fait pas ou très peu, alors même que le prix du ticket occasionnel augmente. J’avais déjà fait savoir ma désapprobation, d’autant que nous avons un fonctionnement qui n’est pas digne d’une grande ville. Les bus commencent trop tard, finissent trop tôt, sont trop chers, pas assez fréquents, écologiquement irresponsables, … Quand allons-nous passer dans le 21e siècle ?

Mais évidemment pour que ce dossier avance, il faudrait que les responsables essaient de temps en temps de prendre le bus. Ils comprendraient alors qu’il faut renouveler le parc et répondraient déjà à une des principales demandes des employés. Il serait bon également que les élus s’intéressent à ce mouvement de protestation. Comment, en plus de 10 jours de grève maintenant, aucun décideur public n’a reçu l’intersyndicale ? Ces derniers se sentent méprisés. On peut les comprendre.

Si Jean-Marc Pujol prenait parfois le bus, ça lui éviterait de dire comme lors du dernier conseil municipal lorsque je l’ai interpellé, que “les perpignanais ne prennent pas le bus parce qu’on roule trop bien en voiture dans notre ville“. Avec chauffeur et aux frais du contribuables, sûrement. Mais quand on est un citoyen “lambda”, c’est bien différent.