Article Racó Català : El procés vist del Nord i l’altre procés al Nord

racocatala

Enllaç aquí 

Des de dissabte passat tinc moltes sol.licitacions per a expressar-me sobre l’elecció d’en Carles Puigdemont com a President de la Generalitat. Evidentment aquí hi ha molta esperança amb el procés. Sempre que pugui, explico als sud catalans que la independència no només és important per la comunitat autònoma de Catalunya, sinó també per tota la Nació catalana, de Salses a Guardamar… Conec personalment en Carles Puigdemont i estic molt content de poder comptar amb una persona convençuda per la independència, compromesa pel territori i per qui els intercanvis amb Catalunya Nord haurien de ser naturals i ampliats. Llavors, és evident que és una bona cosa per les terres del Nord que sigui ell qui té aquest deure de dur Catalunya fins a la llibertat.
Però aquí també tenim una actualitat, un procés. Molt menys engrescador. Es tracta més aviat de preservar el poc que tenim i no pas tirar endavant un projecte, però hi és : el nom de la nova macro-regió que absorba Catalunya Nord dins d’un conjunt que va més enllà de Tolosa i Montpeller. Si tenim una oportunitat en la consulta que la nova presidenta regional ens ha promés, podem estar segurs que en realitat el nom no ens convindrà. El nom «Occitània» surtirà primer. Seguit segurament per «Occitània-Catalunya» que és lo que demanem. Però els occitans són més nombrosos i les consultes fetes pels mitjans de comunicació fins ara han donat Occitània com a opció més votada. Llavors aquí a Catalunya Nord lluitem també. No per la llibertat per la qual som massa minoritaris, sinó com a mínim pel respecte de la nostra identitat i la nostra cultura. Ni tant sols sabem si proposaran al vot el nom «Occitània-Catalunya», però ja sabem que no tindrem un estatut particular, ni una regió pròpia. Tornarem a sofrir, tornarem a lluitar, tornarem a vèncer… tots junts !



Article d’opinió al Racó Català : Catalunya Nord (des)unida

Tots els catalans tenim el procés de Catalunya Sud al cap. Però què hi ha de la Catalunya Nord? D’una banda, molts volem una reunificació ràpida de Catalunya. Però d’altra banda hi ha la realitat: una república minoritzant les cultures no franceses, una disminució de les relacions entre el Sud i el Nord (la crisi ha passat per aquí…) i sobretot una divisió del moviment catalanista.

Quan al Sud s’uneixen, al nord es divideixen. Un dia algú em va dir “Saps què fan 3 catalans que es troben? Creen 3 partits polítics”. Vaig somriure pensant que malauradament era el cas: precisament en aquell moment un nou partit, CDC, acabava de crear una sucursal a Catalunya Nord. Quan els catalans solem sumar el 4% dels vots, tenim 3 partits! Unitat Catalana, el partit que presideixo des del 2013, existeix des del 1986 i és hereu d’un altre partit.

Unitat Catalana era l’únic partit català amb seu a Perpinyà i aconseguia reunir totes les forces catalanes, independentment de l’orientació dreta/esquerra (d’aquí el nom “unitat”). Als anys 90 es va crear una sucursal d’ERC; als 2000 una sucursal de CDC; als 2010 una sucursal de la CUP. I encara no compto el nou partit l’Olivier, creat per membres de la dreta i del centre francesos però amb orientació local pel “Pays Catalan”. Quin partit serà el pròxim?

Si encara fos per augmentar el nombre de vots, s’entendria. Però l’únic que produeix és una divisió dels catalans. Ens dividim precisament quan hi ha menester d’anar junts per Catalunya. Al desembre elegirem els nous consellers regionals (demarcació que va encara més enllà de Tolosa) i el nostre nom, ara present només amb Rosselló (a “Llenguadoc-Rosselló”) desapareixerà per “Sud de France” o “Sud” (alguns occitanistes demanen “Occitània” però rebutgen tota referència catalana minoritzant-nos de nou). Evidentment hem d’afegir al període la clau de la independència del Sud. No oblidem tampoc que hi ha una recuperació lingüística i cultural en curs.

El primer partit de Catalunya Nord en quant a vots i elegits (Unitat Catalana) torna a proposar als altres partits treballar amb un projecte comú. Perquè ho rebutgen? Qui té interès a continuar dividint els catalans? Realment ERC, CDC i la CUP creuen que ajuden Catalunya creant divisions així? Què pensarien si jo anés a crear una sucursal d’Unitat Catalana a Barcelona? Tots tenim sensibilitats diferents però tots hauríem de pensar primer en Catalunya i en l’interès del territori.



Unitat Catalana a, depuis 1986, le programme que plusieurs auront en 2015 !

En 1986 Unitat Catalana (UC) était créée dans le but d’obtenir un statut particulier pour notre territoire (similaire au statut de la Corse). Les résultats aux élections étaient prometteurs, allant de 3,5% à 17,5%. Certes, on peut croire que 3,5% c’est peu. Mais imaginez dans un conseil municipal : si ne serait-ce que les 15 premiers représentaient 3,5% chacun, la liste ferait 52,5% au premier tour ! Mais en politique, ça ne marche pas tout à fait comme ça…Logo_Unitat_Catalana

Dans les années 90 puis 2000, deux succursales de partis sud-catalans sont arrivées. L’une présentant un projet clairement indépendantiste, sans étape intermédiaire, l’autre ayant une finalité régionaliste.

Alors que les élections régionales approchent et dans un contexte de réforme territoriale vidant de substance les départements, les catalans -dont les partis catalans et la majorité des associations militantes- se sont réunis dans un collectif nommé SEM qui appelle… à la création d’un statut particulier pour la Catalogne Nord.

Dans le même temps, le futur tête de liste EELV Gérard Onesta est venu à Perpignan déclarer que notre territoire avait besoin d’un statut particulier, ce qu’il intégrera dans son programme. DLPO, déclinaison du parti souverainiste français DLF (Dupont-Aignant) fait également part d’un projet similaire.

Il y a encore quelques années, on disait que c’était une utopie et que peu de personnes voudraient comme nous à UC un statut spécial pour la Catalogne Nord. Aujourd’hui les catalanistes s’unissent en ce sens et les progressistes s’y intéressent. Combien de temps va-t-il falloir pour que les “grands partis” français comprennent qu’avec notre position géostratégique et une culture commune au futur Etat indépendant catalan, nous avons besoin d’un statut particulier ?

Unitat Catalana avait juste 30 ans d’avance…



Carta al Primer Ministre Valls

Lettre ouverte

Honorable primer ministre,

Senyor Valls,

Li escric en català, una de les dues llengües que compartim. Una llengua que necessita una lluita a cada instant per a que sigui respectada, utilitzada amb normalitat i ensenyada, sense les moltes dificultats que patim a França. Li escric perquè vivim un moment clau tant en l’actualitat amb la vaga de fam del conseller regional d’Aquitània David Grosclaude, com amb les reformes que vostè dirigeix. Ja sabem que al govern francès vostès no volen “regions identitàries”. Les seves reiterades declaracions em fan pensar que no li podré fer canviar d’opinió. Sabem que pertànyem a França i que no s’ha de tractar el tema de la identitat catalana com es tracta a Catalunya Sud. Però també sabem a quin punt els seus (els nostres) avant-passats eren perseguits només per parlar català. Aquí a Catalunya Nord -nom correcte dels Pireneus-Orientals- sabem més que cap altre territori el valor del republicanisme i el seu “arrelament” al respecte de les varietats culturals.

Aquest període que vostè mana, és clau entre altres coses perquè nosaltes, catalans, bascos, corsos, alsacians, bretons, … temem la barreja entre els valors republicans -que hauríen de respectar les variants culturals- i els valors nacionalistes -que volen aniquilar qualsevol altra cultura que la francesa. Temem que el jacobinimse d’esquerra es transformi en nacionalisme soft. Evidentment no em permetré fer cap paral·lel amb el nacional-socialisme…

Honorable Primer Ministre, com molts nord-catalans, vostè no té cap problema en ser català i francès. A Espanya, fins fa poc, l’independentisme català no era majoritàriament verbalitzat. Ara el rei i l’himne espanyol són xiulats. Em permetrà vostè de recordar-li que és el menyspreu d’Espanya envers els catalans (llengua, reconeixament cultural, competències, …) que va fer crèixer una important part d’aquest independentisme. A França, quan dues regions voten la creació d’una entitat per a la promoció i la difusió de la llengua occitana, l’Estat bloqueja fins al punt que un dels seus elegits es veu obligat a fer una vaga de fam ! A França, està prohibit, segons la interpretació del Consell Constitucional de l’article 2 de la Constitució, d’utilitzar la llengua catalana en molts àmbits públics. A França, aprendre l’alemany, fins i tot a Perpinyà, és més fàcil que aprendre el català, tot i la nostra proximitat immediata amb un territori on 70% dels intercanvis laborals es fan en aquesta llengua. A França, no s’ensenya la història real dels territoris, sinó la història del territori que ens va annexar.

Què creu vostè que genera aquest menyspreu per part de França a les cultures locals ? Vostè creu sincerament que complicar l’accès a la cultura local ens farà més francesos o al contrari que generarà odi en contra de l’Estat ?

Li convido a venir a un partit de la USAP o dels Dracs Catalans on l’estadi s’omple de banderes catalanes. Aquests partits esportius on, després d’entonar els himnes catalans com l’Estaca i Els Segadors, s’aixequen temporada rere temporada més estelades.

La voluntat de recuperació linguística pot acompanyar-se o estar rebutjada. França, que vostè representa, té diverses opcions : o integrar les cultures i les llengües locals en el sistema educatiu i en l’àmbit públic (reformes escolars, ratificació de la Carta Europea de les Llengues, decentralització real i coherent) o continuar bloquejant tota forma de progrès.

En un període en el qual la recerca de veritat i d’identitat fa crèixer la “por de l’atre”, estem convençuts que el reconeixement de les especificitats locals milloraria les relacions que tenim amb França, que s’estan degradant greument. El reconeixament de les cultures que ara formen part de França no és un risc per França. Es el fet que genera odi a la seva contra que debilita la República.

Amb tot el respecte, li adreço les salutacions fraternals d’un poble que es sent menystingut.

David Grosclaude

David Grosclaude

Brice LAFONTAINE

Président d’Unitat Catalana

Maire-Adjoint à Perpignan et conseiller communautaire à PMCA

Remplacer “Perpignan la catalane” par “Perpignan la française”

Voilà la drôle d’ingérence du Consul Général d’Espagne qui en fait bondir plus d’un. Ce mercredi 29 avril, lors d’un débat (où seuls ceux qui étaient prévus pouvaient intervenir) organisé par l’Indépendant et dont le sujet était “comment attirer la clientèle espagnole”, le consul n’a pu s’empêcher de transposer le conflit hispano-catalan à la Catalogne Nord. Alors que les échanges avaient commencé avec un bon ton, distinguant catalans et espagnols tant au niveau culturel qu’économique (les catalans étant plus proches restent moins longtemps) la conclusion du Consul a été de dire qu’il a été négativement surpris en arrivant à Perpignan de voir tant de drapeaux catalans et une culture aussi présente “alors que personne ne parle catalan ici, personne !”. Evidemment il était là dans un rôle politique anti catalan car il sait très bien qu’il a déjà eu droit à plusieurs manifestations de catalans devant son consulat, qu’il parle régulièrement en catalan à de nombreux nord-catalans (dont moi-même) et que si effectivement le catalan ne jouit pas d’une utilisation normale et courante, il est pourtant bel et bien en phase de récupération. Mais faut savoir que son hostilité est telle que les organisateurs ont “oublié” d’inviter son homologue catalan, le directeur de la Casa de la Generalitat, à qui il n’adresse même pas la parole.

Alors on est tenté de lui dire deux choses à ce consul : premièrement, nous ne venons pas à Madrid expliquer comment ils doivent manifester leur identité (ou la cacher) donc prière de respecter le lieu où vous êtes. Deuxièmement, ne vous en déplaise, vous êtes en Catalogne. Certes, ce territoire est français mais de culture catalane. Nous avons donc une double culture, que vivent très bien par exemple les bretons, basques, alsaciens ou corses mais aussi les Guinéens (qui ont gardé une culture hispanique) les Québécois ou encore les Valdôtains (Vallé d’Aoste, culture française en Italie) et de très nombreux autres peuples dans le monde. La double culture est une richesse, certainement pas un handicap. Si certains espagnols politisés ont un souci avec la Catalogne, nous devons avoir la force et l’ambition de les réconcilier avec notre culture. Pas en terme politique puisque nous ne serons pas d’accord, mais en terme culturel, nous sommes tout à fait capables, contrairement à vous, d’affirmer notre culture et notre identité sans rejeter personne.

La petite note positive que je retiens de son intervention déplacée, c’est tout de même qu’il disait que depuis Barcelone où il a vécu, il était persuadé qu’à Perpignan la langue catalane était aussi présente que dans le reste de la Catalogne. Cela montre notre capacité à attirer des chalands catalans mais aussi du monde entier car toutes les études, à commencer par la fréquentation touristique et le transit aéroportuaire, montrent qu’en Europe et à l’autre bout du monde la Catalogne et Barcelone sont des marques porteuses. Alors renforçons nos relations avec la Catalogne Sud, n’en déplaise à ce consul, et développons notre économie en nous ouvrant au monde avec la ville la plus importante de la péninsule ibérique plutôt que nous mettre des barrières et nous noyer dans des schémas qui ne nous correspondent pas.

i per descomptat, si no li convé, vostè és lliure d’anar a algun lloc més “francés”.

Pourquoi je ne me présente pas aux départementales

Il est vrai que l’annonce de ma candidature aux élections départementales du mois de mars a été assez diffusée. C’était d’ailleurs notre volonté à Unitat Catalana de montrer que nous avions une candidature capable de faire un gros score. Néanmoins à ce moment-là nous avions décidé de concentrer nos effort (et la médiatisation) sur ma candidature afin de montrer qu’UC est capable de faire bien plus que les 3% dont on nous affuble souvent avec mépris.

marie_claude_gregoire_conte_gregoireC’était sans compter sur une autre candidature Unitat Catalana : Marie-Claude Conte Grégoire sur le canton de l’Agly. Elle est en binôme avec André Bascou et ils ont de vraies chances de l’emporter. En parallèle, il est vrai que l’investiture d’un grand nombre de candidats sur le canton du Canigou n’aident pas à la réalisation d’un gros score. Alors s’est naturellement posée la question de savoir si nous maintenions ma candidature qui aurait probablement fait un score honorable mais seulement symbolique.

J’ai donc décidé avec le bureau d’UC de “mettre le paquet” sur la candidature qui a le plus de chances de l’emporter : Marie-Claude Conte Grégoire. Je ne souhaite pas qu’on personnifie le parti comme le fait par exemple l’extreme droite. Tout ne dépend pas que de moi et je ne veux pas être l’homme providentiel qui se présente à toutes les élections. Etendre les capacités d’action d’Unitat Catalana c’est aussi étendre le nombre d’élus à responsabilités. De plus, nous avons un autre candidat qui recueille naturellement notre soutien (dans la continuité des municipales) c’est Yves Barniol en binôme avec Catherine Jourda sur le canton Illibéris.

Si les électeurs font confiance aux candidats UC, nous aurons enfin la possibilité d’agir tant au conseil départemental qu’à Perpignan et à l’agglo en privilégiant le territoire catalan. La raison qui fait que je ne me présente pas à ces élections est donc pour moi comme pour UC la meilleure qui soit car ce n’est pas un renoncement mais plutôt la mise en valeur du développement d’Unitat Catalana.

Point sur la réforme territoriale : toujours plus pour les régions

La réforme territoriale suit son chemin avec maintenant l’attribution de compétences. Oui, logiquement le gouvernement aurait dû commencer par attribuer les compétences avant de modifier les frontières régionales, ou tout faire ensemble, mais bon ils ont décidé de faire les choses à l’envers. Voilà donc où nous en sommes après les débats en commission des lois (l’examen du texte à l’assemblée se fera à partir du 17 février).

La barre de 20.000 habitants pour les intercommunalités tempérée : Si le seuil normatif reste celui-ci, il sera toutefois possible d’y déroger pour les intercommunalités s’en approchant et pour les populations rurales.

Les collèges resteront aux départements

Une clause de solidarité territoriale pour le conseil départemental, permettant de venir en aide aux communes et intercommunalités : on voit déjà un système se mettre en place. Je t’aide et tu te souviens de moi quand j’aurais besoin de toi. Le clientélisme institutionnalisé.

Et on arrive aux régions… Là il faut vraiment avoir en tête ce que sera la nôtre : un partage entre Toulouse et Montpellier qui vont se répartir les sièges de la majorité et donc les financements régionaux.

La compétence économique exclusive : seules les régions auront le droit de financer l’installation d’une entreprise. On imagine donc aisément ce que ça va donner quand Toulouse et Montpellier vont se répartir ce pouvoir… Adieu tout développement catalan.

Le tourisme aux régions : actuellement il est vrai qu’on a du mal à se repérer sur le tourisme (municipal, intercommunal, départemental et régional !). Mais là, le schéma de développement touristique va se décider au niveau régional ! Quand on voit la variété touristique que nous avons rien qu’ici en Catalogne Nord, du tourisme d’affaire au tourisme de masse en passant par le luxe et le thermal, on a du mal à imaginer comment Toulouse va être capable de gérer de manière cohérente les différents tourisme et surtout comment ils vont en faire la promotion (Sud de France ?).

Transport Scolaire, infrastructures routières et (toujours) trains régionaux et gares à la région. On a vu ce que ça donne dans le combat pour le TGV : des gares à Montpellier, Béziers et Narbonne sur la nouvelle ligne et zéro gare à Perpignan. Les perpignanais devrons prendre le TGV soit à Figueres soit à Narbonne. Gageons que le fonctionnement sera le même pour toutes les infrastructures qui se répartiront entre Toulouse et Montpellier.

Déclaration des rencontres interrégionales contre la réforme territoriale

Déclaration des représentants des langues et cultures régionales de la République Française, réunis dans le cadre des XXIVe Rencontres interrégionales des langues et cultures régionales
à Rennes le vendredi 28 novembre 2014.

Nous, solidairement,

– exprimons notre consternation face au repli identitaire français et à la politique régressive menée par le gouvernement dans le cadre de la réforme territoriale. Cette réforme est la négation même des spécificités des territoires, des diversités linguistiques et culturelles ainsi que des réalités économiques et sociales ;

– dénonçons un déni de démocratie. Le gouvernement, en refusant le droit aux citoyens de déterminer eux-mêmes leur région ou territoire, viole l’article 5 de la Charte Européenne de l’autonomie locale ;

– dénonçons une recentralisation. L’État impose un découpage arbitraire, incohérent et technocratique des régions. A cette occasion, il redonne aux préfets la prééminence sur les élus du peuple ;

– dénonçons par ailleurs une politique qui organise la régression des langues dites régionales en entravant les efforts de leurs locuteurs et des politiques locales pour les faire vivre et prospérer.

Nous constatons qu’il existe sur le territoire français, conformément à la Constitution, des collectivités territoriales à statut particulier (Métropoles, Grand Paris, Grand Lyon, Corse…).

Nous demandons la mise en place de nouvelles collectivités territoriales à statut particulier cohérentes et conformes aux intérêts linguistiques, culturels et économiques des populations et territoires. Ceci renforcera, ainsi, l’ouverture sur l’Europe et sur le monde.
Ces collectivités devront être dotées de la compétence linguistique afin de valoriser et de développer nos langues.

Nous appelons les acteurs culturels, les élus et l’ensemble des citoyens à relayer cette déclaration et à renforcer la mobilisation.
Le Président,

Raymond Yvon BISSOL
Représentants de :
ALSACE, BRETAGNE, CATALOGNE, GUADELOUPE, GUYANE, LA REUNION, MARTINIQUE, MAYOTTE, OCCITANIE, PAYS BASQUE.

Le soutien du Président au processus d’indépendance

Voici des extraits du discours du Président :Vote-1

Le choix de la souveraineté appartiendra aux habitants, appelés à voter d’ici à 2018″ a répété le Président.

“L’Etat n’a pas à se prononcer pour l’instant sur une solution. La solution personne ne la connaît encore, c’est vous qui allez la formuler, la trouver. L’Etat sera à vos côtés, toujours à vos côtés”.

Si aucun accord n’est trouvé, l’Etat organisera d’office un référendum sur l’indépendance dans les douze mois suivent mai 2018. “Cette consultation aura lieu à la date que vous aurez choisi et le choix sera respecté par l’Etat.”

«La position de l’Etat c’est une neutralité active, explique un conseiller du président. Si le Président prenait parti, on ne pourrait plus faire cet accompagnement. Ce serait suspect».

François Hollande, discours à la Nouvelle Calédonie, 17 novembre 2014

Ma réponse à Louis Aliot

 

FlagsIl y a quelques jours, Louis Aliot s’étonnait que l’Etat français laisse faire les catalans dans leur engagement militant et demandait à la préfète de me rappeler à l’ordre dans une correspondance qu’il a rendue publique (que vous trouverez dans mon précédent post).

Voici ma réponse tant sur la forme que sur le fond (pdf téléchargeable ici réponse à Aliot 13:10:14)

Monsieur Aliot,

Dans votre correspondance non datée à Mme la Préfète, rendue publique ce 10 novembre, vous interpellez l’Etat Français par la voie de sa représentante sur l’engagement qu’on devine aisément être mien pour la démocratie en Catalogne.

Je suis tout d’abord surpris que l’élu européen que vous êtes se permette d’adresser une demande d’exécution à Mme la Préfète. Vous méconnaissez là la hiérarchisation des fonctions qui est en vigueur dans la République Française. Mme la préfète n’a pas à exécuter une demande d’un eurodéputé, ni d’un conseiller régional, ni d’un conseiller municipal, ni d’un conseiller communautaire, que vous êtes -au regard de tous les mandats et fonctions que vous exercez, vous m’excuserez si j’en oublie quelques uns.

Concernant le fond, il est évident que vous méprisez totalement le désir de démocratie du peuple catalan et que c’est pour cette raison que vous interpellez Mme la Préfète Chevalier.
Mon engagement, comme celui de nombreux catalans mais aussi de très nombreux démocrates, va dans le sens de l’histoire et des normes reconnues internationalement dont le droit des peuples à s’autodéterminer. Je rappelle à l’ex professeur de Droit Constitutionnel que vous êtes que le bloc de constitutionnalité français est composé du préambule de la constitution de 1946 qui garantit la liberté des peuples et le plein exercice démocratique. De plus, que ce soit à l’ONU ou l’Union Européenne, ensemble la Cour Internationale de Justice et la Cour Européenne des Droits de l’Homme, la démocratie et l’expression de souveraineté des peuples sont des principes consacrés. Je vous rappelle (ou vous informe de) l’article 9 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales qui garantit la liberté de manifester son opinion de manière individuelle ou collective.

Cela n’étonnera personne que vous mettiez en évidence votre opposition à la liberté de manifester ou la liberté d’opinion. Chose toute relative quand on sait que vous défendez Dieudonné Mbala Mbala bien qu’il incite publiquement à l’antisémitisme (en arabe comme en français) mais que vous êtes contre l’utilisation de la langue catalane par des élus locaux.

Il ne fait aucun doute que vous montrez là votre rapprochement aux idéaux de Franco qui niait tant l’existence d’un peuple catalan que le droit à la démocratie. Cela n’étonnera pas les plus avertis mais éclairera certains quant à votre aversion à la reconnaissance de peuple catalan, que ce soit par-delà des Pyrénées ou ici même.

C’est bien pour cela que vous n’avez pas à vous inquiéter d’être “amalgamé” comme vous le craignez avec la manifestation récurrente de nos idéaux.
Oui, nous assumons tout à fait notre volonté de travailler à l’exercice de la démocratie, qu’elle soit pour le Tibet, l’Ecosse, la Nouvelle Calédonie ou encore la Catalogne. Oui nous assumons publiquement nos orientations politiques, nous les démocrates. Si j’en suis coupable ? oui, et je l’assume. Et non, vous n’êtes pas associé à cela, vous qui êtes clairement contre le droit des catalans de voter et même contre le droit de manifester notre opinion.

Enfin, si vous vous croyez investi d’une fonction supérieure à votre rang, ce n’est pas mon cas. Je suis maire-adjoint et en cette qualité, je ne représente pas plus les intérêts de la France à l’étranger que vous-même. N’oubliez pas que nous sommes élus dans un cadre précis et qu’à aucun moment il ne conviendrait que nous nous octroyons des prérogatives qui ne sont pas les nôtres comme les relations interétatiques, cela relevant exclusivement de la compétence du Chef de l’Etat.

Brice LAFONTAINE