C. Puigdemont pourrait se faire élire eurodéputé en Belgique

Le président catalan se trouve actuellement renforcé dans son combat contre la justice espagnole. En effet, les justices belge, écossaise, suisse et surtout allemande ont refusé les demandes espagnoles. Pire, le tribunal allemand a déclaré illégale -car contraire aux droits fondamentaux- l’accusation de rébellion des catalans. Suite à cela, tous les exilés catalans sont à nouveau libres de circuler dans toute l’Europe, sauf évidemment en Espagne, car le juge en charge de l’inculpation a dû retirer les mandats d’arrêt. En cas de retour sur le sol espagnol, ils seraient immédiatement incarcérés, avec un nouveau mandat d’arrêt émis dans les plus brefs délais, les empêchant de quitter le territoire.

C’est donc dans ce contexte que les flamands envisagent de proposer à Carles Puigdemont de figurer en bonne position sur leur liste aux européennes, garantissant au catalan un siège d’eurodéputé. Au-delà du pied-de-nez que cela ferait à l’Espagne, c’est un gros coup qui se joue. Politiquement, la N-VA verrait son image radoucie (elle est souvent accusée d’être très dure socialement), et Carles Puigdemont récupérerait un siège politique effectif (il est actuellement élu député au parlement catalan mais dans l’impossibilité de s’y rendre). Juridiquement, ce serait très bien joué. En effet, après avoir mis volontairement la justice belge puis involontairement la justice allemande dans le conflit catalano-espagnol, ce serait l’Europe qui devrait se prononcer si Carles Puigdemont voulait revenir en Espagne. Une fois eurodéputé, il bénéficierait de l’immunité parlementaire qui ne peut être levée que par le parlement européen. Le juge espagnol devrait alors relancer un mandat d’arrêt dès l’arrivée du président catalan sur le territoire et le parlement européen se prononcer sur sa validité. Il est peu probable que les eurodéputés laissent un des leurs se faire incarcérer pour un délit que les différentes justices ont considérés comme contraire aux Droits de l’Homme. Mais rien n’est sûr et cette idée reste risquée car il s’agit avant tout d’une assemblée politique dans laquelle les jeux d’influence sont bien plus importants que les valeurs. Nous l’avons vu avec les différentes prises de position des chefs d’Etat lors de la déclaration d’indépendance d’octobre dernier et même lors des violences espagnoles du 1er octobre (lors du référendum).

Un coup de poker à deux coups donc pour le président catalan. D’abord se faire élire et retrouver un siège effectif, puis éventuellement prendre le risque de retourner sur ses terres…

Les élections européennes auront lieu en juin 2019. Chaque citoyen européen peut se présenter dans n’importe quelle circonscription dans laquelle il est domicilié.

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *