Unis contre l’incompréhensible antisémitisme

J’étais hier au rassemblement républicain contre l’antisémitisme. Cette haine que je n’arrive pas du tout à comprendre, de la part d’une population qui m’est totalement inconnue. Non, l’antisémitisme n’a pas sa place chez nous et nous avons tous fait bloc hier (sauf le RN) pour dire notre désaccord avec ces actes et notre solidarité aux personnes concernées.

Article de Made in Perpignan dont le lien est ici  :

Les actes antisémites ont augmenté de 74% en 2019. Au-delà de ce chiffre, c’est l’agression antisémite du philosophe, essayiste et académicien d’Alain Finkielkraut lors de l’acte XIV du mouvement des Gilets Jaunes qui a suscité la mobilisation de la classe politique française. Une agression verbale qui fait suite à la découverte des croix gammées sur des portraits de Simone Veil* qui repose depuis peu aux côtés des grands Hommes de la nation. Ou encore la vitrine parisienne marquée en lettres jaunes du mot “juden“, traduction de “juifs” en allemand. Des actes qui rappellent les heures sombres des années 30.

♦ La quasi-totalité de la classe politique perpignanaise unie contre le racisme et l’antisémitisme

Le Parti socialiste a invité l’ensemble des partis politiques, à l’exception du Rassemblement National, à se mobiliser contre l’antisémitisme. “Nous portons dans le débat public des orientations différentes, mais nous avons en commun la République. Et jamais nous n’accepterons la banalisation de la haine. C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des Français pour dire ensemble : « NON, l’antisémitisme, ce n’est pas la France ».