Ces élus grossiers qui parlent au nom du maire…

“Quand on est élu, on se doit de faire attention à ce qu’on dit car on représente la parole de toute la municipalité”. Jean-Marc Pujol

Qu’est devenu ce principe ?

Un automobiliste se fait enlever la voiture indûment. Il manifeste son mécontentement sur les réseaux sociaux. Une élue dit que “ceux qui n’ont rien fait pour le bien public n’ont qu’à fermer leur gueule”. Conséquence, il prend la mouche (et il a bien raison) et transforme ce qui n’était “qu’un” mécontentement en recours. Il gagne et la ville (donc nous tous) est condamnée.

La rénovation/destruction du quartier Saint Jacques interpelle même au niveau national et Stéphane Bern se fend d’un Tweet rappelant à la raison le maire Pujol car la démolition n’est pas rénovation. Le maire-adjoint en charge de la rénovation urbaine traite l’animateur préféré des français (rien que ça) de “pitre cathodique” et “ridicule bouffon du roi”. Perpignan s’illustre encore des pires manières.

Un commerçant connu et apprécié se plaint de ce que des délinquants lui pourrissent son activité et que la municipalité n’agit pas comme elle devrait : non seulement elle ne gèrerait pas bien le problème mais en plus s’en prendrait à ce commerce en lui supprimant des animations qui se déroulaient juste devant. Et revoilà notre élue gracieuse qui revient à la charge en disant en avoir “plein le cul de tous ces commerçants qui critiquent”.

Il fut un temps où le maire recadrait ses élus pour moins que ça. Donc soit il approuve, soit son équipe part vraiment en… vrille !

 

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *