La LGV Perpignan-Montpellier chaque jour plus à la traine

L’Indep d’aujourd’hui publie un article sur la réunion à laquelle ont participé notamment la présidente de région Carole Delga et le maire de Toulouse JL Moudenc afin de travailler à la réalisation des lignes à grande vitesse de la “région Occitanie”.
Comme on peut le constater, ni le maire de Perpignan ni aucun élu “catalan” n’était présent. La conséquence est logique : la ligne Bordeaux-Toulouse sera privilégiée sur Montpellier-Perpignan.

Certains diront que les villes sont plus importantes et qu’en terme de choix budgétaire, c’est logique. Et pourtant pas du tout.

Tout d’abord, notre ligne vers Montpellier est d’intérêt européen et à ce titre peut prétendre à un cofinancement important -argument qu’aucun élu n’a jamais mis en avant. Ensuite, pour ce qui est de la rentabilité de la ligne, il n’est plus à établir que la nôtre sert à toute la péninsule ibérique et à ce titre serait particulièrement fréquentée. Encore faut-il supprimer les temps d’arrêt exagérés que nous avons actuellement et augmenter la vitesse.

Il serait déjà intéressant que nos élus travaillent à la réalisation d’une première tranche avec une gare entre Narbonne et Beziers. Nous aurions alors à partir de Perpignan (mais les trains viennent souvent de Madrid et Barcelone) une voie à vitesse réduite sur environ 80km, puis un arrêt à cette nouvelle gare, et dès lors une connexion à grande vitesse.
Mais pour ça il faut voir plus loin que le bout de son nez et arrêter d’aller défendre une LGV perpignanaise quand il s’agit d’une LGV européenne. Bon, encore faut-il se bouger et aller défendre la ligne…

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *