Gare TGV

A Perpinyà, on a une gare (“centre du monde” selon Dalí), puis on a une deuxième gare qui porte le nom de “Centre del Món” (surnommée “gare TGV”), qui n’est en fait que l’extension de l’ancienne. Et on a des lignes (qu’il ne faut pas confondre avec les trains). Lignes classiques, telles qu’elles fonctionnent aujourd’hui, et ligne à grande vitesse, Perpinyà>Figueres.

Seulement voilà, depuis deux ans qu’on le rabache, les élus (et accessoirement certains journalistes qui ne font vraiment pas d’effort) viennent seulement de se rendre compte que la ligne et la gare ne vont pas forcément ensemble ! “Ah bon ?” direz-vous… Explications :

Les TGV doivent avoir une LGV pour aller vite. Donc un TGV Barcelona-Paris ne quittera pas une LGV pour faire un “crochet” et perdre au moins 20 minutes pour récupérer quelques voyageurs. Or pour aller à la gare de Perpinyà, bien que surnommée “Gare TGV”, il n’y a pas de LGV !!! Cette LGV passe bien à l’ouest. J’annexe à cet article la carte (actualisée au 2 décembre 2011).

Passage à 1km près

Objectif affiché (Depuis 2007 sur le site du ministère) : Barcelona – Paris en 4h30. Regardez ici . Vous comprendrez donc aisément que les TGV ne s’arrêteront pas à Perpinyà (puisqu’il n’y aura pas de gare sur la LGV), ni même à un autre endroit de Catalogne Nord… Sauf si le projet de gare à Ribesaltes (un temps pensé au Soler) finit par voir le jour. Tout l’intérêt serait une liaison à haut cadencement entre cette nouvelle gare (celle-là serait vraiment une nouvelle gare, et pas une extension) avec l’aéroport.

Mais voilà… guéguerre politicienne oblige, chacun se bat contre l’autre et personne n’est capable de faire avancer de grands projets (en fait, pas si grand que ça le projet, une halte comme à Figueres suffirait). Un petit exemple : Valence TGV. Petite ville, elle a su profiter de son emplacement pour se développer. Une simple halte et un essor économique que nous pouvons lui envier… Réfléchissons intelligemment (non, ce n’est pas un pléonasme, les idiots aussi réfléchissent…), soyons les seuls dans un rayon de 200 à 300km à avoir une gare TGV connectée à l’aeroport !

Alors récapitulons. Nous parlons évidemment de l’année 2025 (au mieux). Jusque là, pas de soucis, la seule LGV que nous aurons mènera les sud-catalans au “Centre del Món”. Mais après, deux possibilités : soit nous ne faisons rien et nous regarderons passer les trains (vous savez, comme les vaches -la comparaison avec des boeufs nous pend au nez!) soit les forces en présences s’associent pour obtenir une halte chez nous, et de préférence la meilleure possible : proche de l’aéroport.

Petit rappel : c’est en votant n’importe quoi qu’on élit n’importe qui…

 



4 comentaris a “Gare TGV

  1. Je ne m’y connais absolument pas dans ce domaine mais je pose une question bête. Il était prévu -et c’est toujours d’actualité, je crois- de faire une ligne TGV Perpignan-Barcelona (pour fin 2012). Ceci requiert donc une LGV, non ? Elle sera construite surement puisque nous avons déjà une ligne TGV Figueres-Perpignan.
    En fait, c’est “juste” une question de rallonge ? Il serait bien plus pratique de faire ce rajout de ligne pour que la gare de Perpignan soit desservie et que les récents travaux ne soient pas inutiles.
    En tout cas, merci pour cet article qui nous expose, encore une fois, les problèmes politiques de notre région !

    • La ligne Perpinyà-Figueres est déjà en fonction, actuellement il ne manque que Figueres-Barcelona, effectivement. C’est pourquoi jusqu’en 2025 nous aurons pas mal de trains qui s’arreteront par Perpinyà car de toutes façons ils y passeront. Par contre, pour la nouvelle LGV, il y aura un raccordement du Soler vers le nord, sans passer par Perpinyà (en zoomant sur la carte on le voit). Les TGV sur la nouvelle LGV ne s’arreteront donc pas à Perpinyà car la ville n’est pas sur la LGV. CQFD.

  2. Suite à l’article paru dans l’Indépendant, Jean-Pierre Cot (adjoint au Maire de Ribesaltes, en charge de l’aménagement) a souhaité réagir. Voici ses mots :

    Pour faire suite à l’article de l’Indépendant du 22 décembre dernier je souhaiterai apporter quelques précisions sans vouloir alimenter une « polémique stérile ». Le 14 Novembre dernier, la Ministre de l’Ecologie, du développement durable, des transports et du logement ainsi que le ministre chargé des transports ont décidé des orientations pour la poursuite des études de la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP).
    En ce qui concerne l’agglomération de Perpignan ils ont acté que ces études  porteront sur « la desserte par la gare centre telle que privilégiée à la suite du débat public et possibilité de réaliser une gare nouvelle sur la ligne nouvelle située sur le secteur de Rivesaltes ».
    Comme le dit si bien M. Alduy « La gare de Perpignan a vocation à être la gare du trafic inter-cité » par opposition au trafic inter-métropoles qui relie les grandes villes comme Barcelone, l’Europe du Nord, Marseille , Gênes…. Pour ces villes, comme l’a dit le maire de Perpignan en Conseil Municipal, nous irons à Barcelone prendre le train pour Francfort. Pourquoi pas à la halte de Figueres ou à Narbonne ? Pour l’avion, nous allons bien le prendre à Carcassonne ou à Gérone… Il est donc logique d’abandonner à nos frères catalans les liaisons inter-métropoles.
    Les responsables d’entreprises qui sont installées dans notre département sont bien habitués à jongler avec les horaires et, grâce à ces importantes facilités de communication annoncées, ceux qui viendront s’installer dans notre département permettront de réduire le chômage et l’exode inexorable de nos enfants vers ces métropoles. Ne parlons pas des touristes…
    A un moment, Réseau Ferré de France (RFF) avait, à la demande de M. Alduy, étudié la possibilité d’implanter une gare nouvelle (pardon une halte) à Torremila, il s’est malheureusement avéré qu’il fallait détruire les zones économiques de Rivesaltes et passer au milieu de la commune pour arriver à la gare de Torremila ce qui, vous en conviendrez, posait quelques petits problèmes et du coup le problème d’une halte sur la ligne grande vitesse ne se posait plus
    L’aménagement de l’archipel transfrontalier est donc désormais bien structuré « Ad vitam aeternam ». Aux villes situées sur la ligne à grande vitesse les liaisons inter-métropoles à la seule ville hors ligne à grande vitesse les liaisons « inter-cités ». Dérisoire ?

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *